RMC

"La Shoah n'est pas enseignée": des écoles privées hors contrat pointées du doigt

Dans certains établissements hors contrat, de grosses défaillances éducatives existent et certains faits historiques sont occultés. Et ils communiquent peu sur leurs méthodes, alerte le Comité national d'action laïque.

L'enseignement hors contrat dans le viseur. Le Comité national d’action laïque (Cnal) alerte sur les dérives des écoles privées hors contrat, dénonçant l’opacité d’accès aux informations concernant certains établissements et interpellant sur des "défaillances" éducatives. Selon le CNAL, l'enseignement dispensé ne correspond pas aux standards de l'éducation nationale

Parmi ces établissements, le CNAL évoque dans son rapport des écoles de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X, fondées par Marcel Lefebvre, l'évêque figure du mouvement catholique traditionaliste français. Dans ces écoles, l’accès à des valeurs morales, civiques et sociales se fait exclusivement à partir de situations issues du fait religieux et d’une morale chrétienne fondée sur des croyances. Par exemple, le support de géographie porte une vision marquée par une représentation du monde par "races" humaines.

"On s'aperçoit, d'après les rapports de l'Éducation nationale, que des enfants ne bénéficient pas de certains enseignements comme le rôle de Vichy dans l’extermination des juifs. Dans certains établissements, la Shoah n'est pas enseignée", explique ce jeudi dans "Apolline Matin", sur RMC, Rémy-Charles Sirvent, enseignant et secrétaire général du Comité national d’action laïque.

80.000 élèves dans 1.800 écoles hors contrat

Le CNAL déplore surtout le manque de coopération des établissements hors contrat: "On n'a reçu que 164 rapports d'établissements sur les 1.800 établissements hors contrat de France. On ne demandait pas des rapports de sous-marins nucléaires mais il y a une résistance à transmettre des informations", déplore-t-il.

"On n'a eu qu'un seul rapport d'école musulmane et un seul d'école juive, alors qu'on sait que des dérives existent. Une école juive en Seine-et-Marne ayant été fermée récemment", ajoute Rémy-Charles Sirvent.

Pour mieux contrôler, il plaide pour un régime de déclaration plutôt qu'un régime d'autorisation. Car aujourd'hui, pour ouvrir une école hors contrat, il faut la déclarer aux autorités et les contrôles ne se font qu'a posteriori. "Une fois que la porte est ouverte, les pouvoirs publics se trouvent devant le fait accompli. Nous demandons aussi que le projet pédagogique fasse partie des documents exigibles. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas. Les pouvoirs publics se privent de savoir de quelle spiritualité s'inspirent les établissements scolaires hors contrat", conclut-il.

On recense en France 1.800 écoles hors contrat, accueillant près de 80.000 élèves. Parmi elles, de nombreuses écoles religieuses mais également des établissements Montessori.

>> Tous les podcasts RMC

Guillaume Dussourt Journaliste BFMTV-RMC