RMC

Le gouvernement veut récupérer la liste des réfugiés et demandeurs d'asile hébergés par le 115

RMC
L'instruction interministérielle portée par Christophe Castaner et Jacqueline Gourault veut permettre de mieux accompagner les demandeurs d'asiles et les réfugiés. Mais le gouvernement veut aussi en profiter pour préparer les expulsions de sans papiers.

Plus d'un an après la circulaire Collomb, le gouvernement souhaite que le 115, le numéro national d'hébergement d'urgence, transmette les listes de chaque demandeur d'asile ou réfugié hébergé dans ses centres d'accueil. L'instruction interministérielle préparée par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault, entend améliorer les échanges d'informations entre la plateforme d'hébergement d'urgence et l'Office français de l'immigration et l'intégration (OFFI).

L'objectif est double. D'abord, il doit permettre d'avoir une connaissance précise des publics qui vivent parfois plusieurs mois, plusieurs années, dans ces hôtels d'urgence, qui accueillent réfugiés, personnes en procédure de demande d'asile et d'autres parfois présents illégalement sur le territoire français.

Mieux orienter les réfugiés et les demandeurs d'asile

Ensuite, le projet de loi gouvernemental veut permettre aux autorités de mieux orienter ces personnes, celles qui relèvent de l'asile vers des structures plus pérennes par exemple.

"L’idée une fois que l’on a connaissance de la situation, c’est pour les demandeurs d’asile de les orienter vers le dispositif national d’accueil dédié. Pour les réfugiés, c’est de voir comment on peut les accompagner dans leur parcours résidentiel vers un logement, et faire en sorte que ces personnes n’engorgent pas alors qu’elles n’ont pas vocation à y rester ,les structures de l’hébergement d’urgence", explique Didier Leschi, le directeur général de l'OFFI.

Un dispositif pour faciliter les expulsions ?

Selon le document du projet de loi que RMC a pu consulter, le 115 transmettrait mensuellement aux autorités les noms, prénoms, dates de naissance, nationalité mais également l'adresse de l'hébergement et la date d'entrée dans l'hébergement des étrangers recensés. Car l'un des objectifs avoué de la circulaire est "la préparation au retour des déboutés du droit d'asile", autrement dit, l'expulsion des personnes en situation irrégulière sur le territoire français.

Les associations craignent ainsi que les personnes les plus vulnérables n'osent plus appeler le 115, par peur d'être fichés, et risquent de gonfler, plus encore, les campements insalubres des grandes villes.

Marie Monier (avec Guillaume Dussourt)