RMC

Les bruits de la campagne bientôt protégés par la loi?

-

- - -

Les députés se penchent ce jeudi sur une proposition de loi visant à protéger les bruits de la campagne.

Cloches des églises, chant du coq ou des cigales... Les bruits de la campagne bientôt protégés par la loi ? L’Assemblée nationale se penche ce jeudi sur une proposition de loi pour protéger le patrimoine sensoriel des campagnes, un texte soutenu par le ministre de la Culture Franck Riester.

Proposé par le groupe UDI-Agir, cette loi est présentée après plusieurs conflits de voisinages très médiatisés, comme celui du coq Maurice l’été dernier. Concrètement, les bruits de clocher, de poules, l'odeur du lisier, seraient ainsi protégés, et les nuisances ne pourraient plus être considérées comme des troubles anormaux du voisinage.

Pour faire face à ces plaintes, certains maires de communes rurales ont pris les devants depuis quelques mois et ont installé des panneaux "Attention village français", à l’entrée de leurs villages, pour prévenir et informer les nouveaux venus ou les touristes.

"C'est un peu d'humour, il n'est pas question d'opposer les uns aux autres"

Exemple à Benquet, dans les Landes, une commune de 1.200 habitants près de Mont-de-Marsan. Des poules, quelques moutons, scène assez classique. Pour éviter les plaintes à cause du bruit, le maire, Pierre Mallet a installé un panneau à l’entrée de la commune, avec un titre un peu provocateur.

"C'est un peu d'humour, il n'est pas question d'opposer les uns aux autres. Il est juste question de faire de l'information: nous avons des clochers qui sonnent, des coqs qui chantent, des troupeaux qui vivent..."

"Je préfère que mes petit-enfants sentent l'odeur des vaches que l'odeur des voitures"

Une manière aussi pour Pierre Mallet de défendre le mode de vie rural.

"C'est ce qui fait la campagne. On ne peut pas avoir une campagne aseptisée, je préfère que mes petit-enfants sentent l'odeur des vaches que l'odeur des voitures."

Et parmi les habitants comme Adeline, ces panneaux sont plutôt bien reçus. "On s'y habitue, il faut s'attendre à avoir des bruits, c'est la vie de la campagne."

Alors une loi pour protéger ce patrimoine, cela aidera les maires en cas de litige, souligne Pierre Mallet. Malgré tout il trouve dommage d’en arriver là. Il compte bien garder les panneaux à l’entrée de sa commune, tant qu’ils sont en bon état. 

Romain Cluzel (avec J.A.)