RMC

Marseille: une salariée noire affirme avoir été surnommée "chocolat" par un manager

Les salariés du Monop’Daily de la gare Saint-Charles à Marseille accusent leur direction de tenir des propos racistes. Le directeur du magasin est aussi visé par plusieurs témoignages.

La grève contre les propos racistes. Les salariés du Monop’Daily de la gare Saint-Charles, à Marseille, accusent leur direction de tenir des propos racistes. Une salariée noire affirme notamment avoir été surnommée "chocolat" par un manager. 

La blessure est encore très vive pour Nadia: "Un jour, j'étais en repos et un collègue m'a envoyé le planning en photo et, à la place de mon prénom, il y avait inscrit 'chocolat'".

La jeune femme poursuit au micro de RMC: "Avant cela, le manager m'avait appelé comme cela pendant une semaine pour rigoler alors que je lui demandais d'arrêter. Et il a continuer et je lui ai dit: 'Arrête parce que je vais pousser un coup de gueule et ça ne va pas te plaire parce que ce n'est pas rigolo. Ca ne l'a pas dérangé et il a continué. Je vais porter plainte parce qu'il y en a peut-être d'autres qui sont dans le même cas". 

Le directeur du magasin est également accusé d’avoir tenu à plusieurs reprises des propos racistes. "Nous avons des éléments qui prouvent que ces personnes, et notamment le directeur, ont des attitudes racistes envers leurs salariés. Nous avons remontés les éléments à la direction générale, et nous attendons toujours leur retour" indique Nordine Ziani, représentant CGT de la branche Commerce et Service. 

Ses collègues dénoncent, dans le même temps, des manquements aux accords d’entreprise et des licenciements abusifs ont entamé des grèves ponctuelles depuis 2 mois.

Lionel Dian et X.A