RMC

Mur "anti-migrants" dans les Hautes-Pyrénées: "C'est le mur de la honte"

A Séméac dans les Hautes-Pyrénées, des riverains ont érigé un mur lundi matin pour bloquer l'accès à un ancien hôtel Formule 1 reconverti en centre d'accueil pour migrants.

A Séméac dans les Hautes-Pyrénées, les migrants ne sont pas les bienvenus. Des riverains appartenant au "collectif Séméac" ont muré ce lundi l'accès à un ancien hôtel Formule 1 destiné à accueillir 85 migrants.

Et certains riverains de cette banlieue de Tarbes sont satisfaits de ce mur de 18 mètres de long et 1,80 m de haut. "Ils ont bien fait de faire le mur. Ce n'est peut-être pas la solution mais c'est déjà une bonne initiative. On a peur de ces gens-là. Ils peuvent faire des dégradations. Il y a beaucoup de gens qui ont le même avis que moi", juge l'une d'entre elles.

"Tout à fait légal", justifie la mairie

La construction de ce mur a été autorisée par la mairie de Séméac. Philippe Baubay, premier adjoint au maire de la commune, estime en effet que cette demande était recevable: "On a autorisé ce mur car il y avait une déclaration préalable de travaux qui a été faite et qui était en règle. C'est tout à fait légal".

L’initiative soulève un véritable tollé dans la commune, associations, syndicats et certains élus sont choqués. Erick Barrouquere-Theil,élu communiste, est scandalisé: "C'est le mur de la honte. Il y a eu le mur de Jericho, le mur de Berlin, Trump voulait faire un mur, et aujourd'hui, à ma stupeur je vois que ce mur est construit. C'est abominable, aujourd'hui, il n'y a pas d'autres mots pour dire ça".

Les migrants sont attendus normalement à la mi-août.

Jean-Wilfrid Forquès (avec P.B.)