RMC

Ouverture du RSA à 18 ans? "La précarité est réelle chez les jeunes"

Actuellement le RSA n'est pas accessible aux jeunes de 18 à 25 ans.

Actuellement le RSA n'est pas accessible aux jeunes de 18 à 25 ans. - François Guillot - AFP

Un rapport parlementaire remis à Manuel Valls ce lundi propose la refonte des minima sociaux pour les rendre plus simples et équitables avec l'ouverture de ces minima à partir de 18 ans et notamment le RSA.

Les jeunes majeurs ne seront peut-être plus exclus du Revenu de solidarité active (RSA). Le député PS Christophe Sirugue remet ce lundi à Manuel Valls un rapport intitulé "Repenser les minima sociaux". Il propose de les refondre et d'ouvrir le RSA aux jeunes à partir de 18 ans. Jusqu'à présent, il n'est ouvert qu'aux personnes sans ressources à partir de 25 ans.

"Je plaide pour qu'on étende (les minima sociaux) aux 18-25 ans en raison de la précarité qui est réelle chez les jeunes. Et surtout parce que c'est un investissement social qui a un coût, mais qui mérite d'être porté lorsqu'on connaît la société aujourd'hui", estime Christophe Sirugue sur RMC. 

"Aujourd'hui ils ne pouvaient prétendre à rien"

La proposition du député va dans le bon sens pour Pierre-Edouard Magnan, délégué fédéral du Mouvement national des Chômeurs et Précaires. "Il n'était plus possible de considérer que les jeunes de 18 à 25 ans étaient tous des étudiants, des jeunes en formation ou des jeunes sans emploi", constate-t-il. Pour lui, ce système consistait à les "exclure". L'accession au RSA permettra à ces jeunes de pouvoir "prétendre à un minimum de revenu et donc à un minimum d'autonomie". "

"Il est évident qu'avec grosso-modo 500 euros par mois ça ne sera pas formidable, mais au moins des jeunes sans formation et sans emploi pourront prétendre à ce minimum de revenu alors qu'aujourd'hui ils ne pouvaient prétendre à rien", poursuit Pierre-Edouard Magnan.

Dans son rapport, Christophe Sirurgue propose également trois scénarios au gouvernement sur l'ensemble des minima sociaux : une refonte totale du système, regrouper les minima autour de cinq prestations ou conserver les 10 minima sociaux actuels en les simplifiant". 

C. B avec Juliette Droz