RMC

Addiction aux smartphones: "Le bonheur numérique est un piège terrible"

Le Dr Michael Stora, psychanalyste et psychologue, était l'invité de RMC ce samedi matin pour évoquer les dangers de l'addiction au smartphone.

Les Français sont toujours plus scotchés aux écrans de leur téléphone portable. Certains adoptent un comportement addictif, encouragés et poussés par des applications et des réseaux sociaux qui tentent de retenir leur attention un maximum de temps.

Le Dr Michael Stora, psychanalyste et psychologue, directeur de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines, était l'invité de RMC ce samedi matin dans Votre vie numérique. Il tente de nuancer en assurant que le terme de "drogue" est trop fort même s'il reconnaît qu'il y a des comportements à risques pour la santé mentale des jeunes et moins jeunes.

"Lorsque le téléphone est éteint, on est renvoyé à ce que l'on est"

"Le smartphone peut nous piéger car on se rend compte qu'il y a trop de notifications alors qu'on avait normalement la mainmise. Mais dire que c'est une drogue est un peu excessif. Dans la réalité je dirais qu'on est sensés plutôt avoir ma main dessus. Dire que c'est une drogue, peut-être que ça nous empêche de réfléchir concrètement à notre rapport avec, et de voir ce qui nous rend dépendant.
Lorsque le téléphone est éteint on est renvoyé à ce que l'on est. Beaucoup d'êtres humains, d'autant plus dans une société qui ne va pas toujours très bien, ne veulent pas voir (la réalité) donc ils vont s'illuminer avec cet écran pour ne pas sombrer dans quelque chose qui l'inquiète. L'addiction est une lutte anti-dépressive. On peut accuser le portable et les réseaux sociaux mais c'est peut-être faire l'économie d'une réflexion sur les raisons pour lesquelles certains ont une pratique excessive."

"Idéalement, le numérique devrait être au service du réel et on se rend compte que ça devient petit à petit l'inverse"

Le psychologue estime qu'il faut distinguer les usages que l'on fait du téléphone et que certaines applications stimulent plus ou moins les gens 

"Avec le scrolling (façon de faire défiler de façon infinie), la couleur, il y a beaucoup d'éléments en effet qui vont retenir l'attention. On le sait, l'attention est devenue la nouvelle économie. Donc on veut que les gens restent le plus longtemps possible.
Le bonheur numérique est un piège terrible. Idéalement, le numérique devrait être au service du réel et on se rend compte que ça devient petit à petit l'inverse. Finalement, il y a comme dans Instagram une sorte d'appauvrissement de la pensée, avec une mise en abîme narcissique. On sait que ça fait mal aux adolescents. Même TikTok au contraire est une des seules applications qui pousse au moins à la créativité."
J.A.