RMC

Autotests: dénonçant "l'absurdie", Michel-Edouard Leclerc accuse le ministre de la Santé d'avoir cédé au lobby des pharmaciens

DOCUMENT RMC - Le distributeur regrette de ne pouvoir vendre des autotests dans ses hypermarchés. Il accuse le ministre de la Santé d'avoir cédé au monopole des pharmaciens, seuls autorisés à vendre les précieux tests.

"Bienvenue en absurdie", clame Michel Edouard Leclerc. Le président du comité stratégique des centres commerciaux E. Leclerc est en guerre contre les pharmaciens. La raison ? l’impossibilité de vendre des autotests Covid-19, rendue impossible selon lui par l’opposition des syndicats de pharmaciens, alors que ces autotests sont disponibles en grandes surfaces chez nos voisins.

Autre problème selon Michel-Edouard Leclerc, les autotests en pharmacie ne se vendent pas. "Il y a pleins de produits pour lesquels il faut se battre alors qu’on est volontaires. Avec les pharmaciens on est prêts à commercialiser ces produits nécessaires à notre protection", assure-t-il ce mardi matin sur RMC.

"Les masques on est allé les chercher, ils ne voulaient pas trop, heureusement qu’on était là parce qu’ils n’y en auraient pas assez. Là on parle d’autotests, des tests de conforts, pas de tests PCR à réaliser par des professionnels. C’est en circulation libre en Allemagne. Nous avons proposé de les commercialiser en France et bien sûr sans marge pour qu’on puisse en avoir chez soi", assure Michel-Edouard Leclerc.

>> A LIRE AUSSI - RMC vous montre comment réaliser un auto-test

"Il a choisi de donner la préférence au lobby des officines"

Mais Olivier Véran, s’oppose au projet des distributeurs: "C’est un acte médical et un geste technique", assure le ministre de la Santé. "Il a choisi de donner la préférence au lobby des officines", estime Michel-Edouard Leclerc qui pense qu’Olivier Véran a cédé à la pression du lobby des pharmaciens.

"Si le but c’est de faire des tests de conforts en toute sécurité en cas de doute, prenons le service des hypermarchés, surtout qu’on ne fait pas d’argent dessus", plaide le distributeur.

Surtout qu’en Allemagne, l’expérience connaît un franc succès pour l’instant. Mis en vente début mars autour de 25 euros le kit de 5 tests, des ruptures de stock ont été constatées très vite un peu partout dans le pays.

Ces autotests ont permis de tester 300.000 personnes de plus chaque semaine, assure l’institut Robert Koch, l’équivalent de l’Institut Pasteur outre-Rhin. En attendant, les autotests sont disponibles en France uniquement en pharmacie, et leur vente est parfois limitée.

>> A LIRE AUSSI - Objectif mi-mai: et si la solution était de s'autotester chaque semaine?

Guillaume Dussourt