RMC

"C'est extrêmement exténuant": le challenge du confinement, pour les parents en télétravail

Confinement, quatrième jour. Et évidemment personne n’est à égalité dans cette situation, selon la taille des appartements, des villes, et aussi du nombre de personnes confinées.

Pour les familles, le confinement est un vrai challenge: réussir à gérer ses enfants tout en continuant à exercer sa propre activité. Et ce n’est pas toujours simple.

Dans cette famille francilienne, Maria vit son confinement, seule avec ses trois enfants de 12, 9 et 6 ans. Son mari continue de travailler. Elle se demande comment elle va tenir dans les semaines à venir.

"Je ne peux pas faire mon travail et le leur en même temps"

Une situation compliquée pour Maria qui doit jouer son rôle de mère, tout en continuant à exercer son métier de professeur d’anglais à distance.

"Il y a les repas à préparer, il faut les occuper. Je ne peux pas faire mon travail et le leur en même temps. Pour faire mon travail, il me reste une tranche de 17 heures à 19 heures donc ce n’est pas possible. C’est extrêmement exténuant".

Et les enfants non plus ne sont pas ravis. Hélène, 12 ans, ne supporte plus ses frères et sœurs: "Ils arrêtent pas de crier donc c’est très difficile de se concentrer. Je n’arrive pas trop à travailler".

Isabelle, 9 ans, voudrait plus souvent prendre l’air, mais sa mère craint les amendes: "Pour moi c’est très difficile parce que j’adore la nature, j’aime bien être dans des parcs et me promener".

"Ils doivent s’adapter à de nouvelles manières d’être des parents"

Pour la pédopsychiatre Marie-Rose Moro, la mission des parents c’est d’autonomiser leurs enfants pendant cette période particulière.

"Ils doivent s’adapter à de nouvelles manières d’être des parents et ça, c’est très difficile pour les enfants. Les enfants doivent retrouver du familier, de la continuité, un peu de légèreté malgré la difficulté et rythmer leurs journées avec des choses différentes. Ils doivent garder la possibilité de faire des choses par eux-mêmes".

Pour cette spécialiste, ce confinement pourrait permettre de resserrer les liens familiaux.

Mahauld Becker-Granier (avec C.P.)