RMC

Coronavirus: dans quels cas le masque est-il utile? Les explications d'un médecin

Dans "RMC Mobilisation Générale", le Pr Serge Gilberg explique que la "pénurie" de masques, en cette période de pandémie de coronavirus, nécessite de réserver ce matériel de protection aux personnels soignants. D'autant qu'il assure que le virus ne circule pas dans l'air.

Le manque de masques impose des priorités. Face au manque de matériel de protection sur l'ensemble du territoire, en particulier pour les soignants et les personnes les plus exposées à la pandémie de coronavirus, les autorités ont appelé la population à ce que cette "ressource soit bien utilisée", selon les termes employés par le Premier ministre Édouard Philippe. "La question, c'est de savoir où est-ce qu'on porte le masque", abonde le Pr Serge Gilberg, médecin généraliste à Paris et vice-président du collège de la médecine générale, invité jeudi soir de RMC Mobilisation Générale.

"On voit des gens se promener dans la rue avec un masque, alors qu'il n'y a personne aux alentours. Ça n'a pas de sens, parce qu'il n'y a pas de circulation dans l'air du virus", assure le docteur, bien que des études se contredisent encore sur le sujet

La précaution "maximum" impossible à l'heure actuelle

Le port du masque pour le commun des mortels est en fait recommandé en cas de contacts rapprochés, en dehors de son lieu de confinement. "Même quand on va dans un commerce, on est à plus d'un mètre et il n'est donc pas nécessaire", insiste Serge Gilberg. Il admet néanmoins: "Dans l'absolu, on pourrait imaginer que ce serait souhaitable que tout le monde en porte par précaution maximum. Mais dans la mesure où l'on gère une pénurie, il faut essayer de réserver les masques là où la probabilité d'être porteur et de transmettre est la plus forte".

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, rejette toutefois l'idée qu'une pénurie existe. "Nous sommes en situation de difficultés logistiques pour apporter les stocks stratégiques que nous avons encore", a-t-elle répondu sur RMC.

Julien Absalon