RMC

Coronavirus: du sang de ver marin pour aider les patients en réanimation ?

Alors que le monde entier est à la recherche d'un traitement contre le Covid-19, une entreprise espère que des molécules de sang d'un ver marin pourraient aider des patients atteints du coronavirus à respirer.

Après la chloroquine, le sang de ver marin? Une entreprise bretonne spécialisée dans l'utilisation à des fins thérapeutiques de l'hémoglobine de vers arénicoles, le sang de ces invertébrés pourrait aider à soigner les patients en réanimation atteints du coronavirus, se trouvant en détresse respiratoire.

Car les molécules d'hémoglobine de ce ver, que l’on trouve sur la zone de transvasement des marées entre les plages de Biarritz et de la mer du Nord, sont déjà utilisées dans les greffes d'organes:

"On utilise les molécules de sang du ver marin pour la greffe d’organe, permettant de garder des organes déconnecté beaucoup plus longtemps. On utilise ces molécules pour augmenter la survie de ces greffons", explique ce lundi sur RMC Franck Zal, le fondateur de la société Hémarina.

"Cela pourrait éviter les embouteillages dans les services de réa"

Mais comment ces molécules pourraient aider les personnes atteintes du coronavirus?

Grâce à la faculté du ver arénicole à retenir sa respiration: "Le ver vit entre la marée haute et la marée basse. Ce ver ne respire que lorsqu’il est sous l’eau et arrête de respirer à l’air libre. C’est exactement ce qui se passe en réa et en transplantation. C’est comme si l’arénicole était à marée basse. On donne une réserve d’air à l’organe", explique Franck Zal. 

Ainsi, injecter du sang de verre marin pourrait permettre aux patients atteints du coronavirus de mieux respirer et servirait même de respirateur moléculaire.

"Quand ces patients sont en réa on va les intuber quand c’est possible ou si c’est plus grave on les met sur circulation extra-corporelle. Or la molécule pourrait être testée en injection par voie intravasculaire pour apporter l’oxygène nécessaire à ces patients et éviter qu’il tombe en réa lourde. Cela pourrait éviter les embouteillages dans les services de réa", espère Franck Zal.

Les résultats des premiers tests pourraient être connus dans la semaine.

Guillaume Dussourt