RMC

Coronavirus: le gouvernement veut assouplir les conditions d'accès à la télémédecine

Le ministre de la Santé va signer dès ce lundi matin un décret pour d'assouplir les conditions d'accès à la télémédecine. Objectif: permettre au maximum de patients de pouvoir y accéder.

Le gouvernement veut limiter au maximum les risques de contamination dans les salles d'attente, désengorger les hôpitaux et protéger le personnel médical. Pour ça, une solution: multiplier les téléconsultations.

Mais face à cette proposition, certains médecins dénoncent une mesure de bricolage. Pour être remboursée par la Sécurité Sociale, une téléconsultation devait jusqu'ici être effectuée par le médecin traitant, qui devait avoir vu physiquement le patient au moins une fois au cours des 12 mois précédents la consultation en ligne.

Une multiplication par 5 du nombre de téléconsultations par jour

Ces deux obligations vont être levée ce lundi matin, avec un décret signé par le ministre de la Santé. Avantages: éviter les contacts et donc les éventuelles transmissions dans les salles d'attente, désengorger les hôpitaux et répondre à une demande croissante. Certaines plateformes de télémédecine ont relevé une multiplication par 5 du nombre de téléconsultations par jour.

Inconvénient: l'éloignement entre un médecin et son patient. Certains généralistes expliquent que pour être efficace, la téléconsultation doit être réalisée par un médecin qui connait bien son patient, son dossier médical et ses antécédents. Elle ne peut donc pas totalement remplacer la consultation physique et l'auscultation, qui permet de déceler les symptômes respiratoires par exemple.

Rémi Ink (avec C.P.)