RMC

Covid-19: faut-il continuer à travailler malgré un test positif et des symptômes légers?

Malgré le retour en force du Covid-19, certains cas positifs n'hésitent pas à continuer à se rendre au travail. Une manière d'éviter de perdre de l'argent et de s'isoler lorsque l'on a que de légers symptômes.

Le Covid-19 est toujours là. Le début de l'été est marqué par une forte hausse des contaminations. On recensait mercredi 124.724 nouveaux cas de Covid-19, en hausse de 53% par rapport à la semaine précédente. Conséquence, les arrêts de travail se multiplient.

Mais certaines voix plaident pour le "vivre avec" la maladie et continuer à travailler malgré une contamination au Covid-19, notamment pour éviter la grande désorganisation. Car pour l'instant, la règle n'a pas changé. En cas de test positif, il faut prévenir ses cas-contacts et son entreprise. Interdiction en attendant de se rendre au travail. On peut télé-travailler lorsque c'est possible mais d'autres sont obligés de poser un arrêt de travail, même en cas de symptômes très légers.

"J'ai 300 euros de moins sur ma paye"

C'est notamment le cas de Lucia, une auditrice des "Grandes Gueules" qui assure avoir perdu de l'argent en raison d'une infection au Sars-Cov-2: "J'ai eu le Covid-19 il y a deux semaines. Dès mon test positif, j'ai reçu un SMS de la Sécurité sociale et je me suis isolée. Je viens de recevoir mon bulletin de salaire, j'ai 300 euros de moins sur ma paye", assure-t-elle.

"J'ai commencé à être payée par la sécurité sociale et je suis payée 20 euros par jour. J'ai perdu de l'argent. Je ne suis pas allé travailler parce que je crains de contaminer quelqu'un mais je comprends mes collègues qui ne se font pas tester et continuent de travailler", explique Lucia, conseillère de vente.

Faut-il aller vers le "vivre avec"?

Et elle n'est pas la seule: "Les gens vont travailler avec le Covid-19 depuis longtemps, j'en connais beaucoup", assure Kaouther Ben Mohamed. "C'est la réalité, s'ils peuvent y aller, ils y vont, sauf ceux qui ont les moyens".

Medhi Ghezzar, auto-entrepreneur, assure laisser le choix à ses employés: "Moi je laisse le libre-arbitre à mes employés. Le Covid-19 ne va pas partir", ajoute-t-il.

Outre-Pyrénées, on a trouvé la parade. Depuis mars en Espagne, seules les personnes vulnérables doivent s'isoler pendant 5 jours seulement. Pour les autres, des arrêts de travail ne sont délivrés que si des symptômes empêchent de travailler. Néanmoins, les personnes contaminées travaillant dans des environnements sensibles (les hôpitaux et les maisons de retraite par exemple), doivent s’arrêter momentanément de travailler.

G.D.