RMC

Covid à l'école: ces parents et ces enseignants qui contournent le lourd protocole

Dans certains cas, parents et responsables du corps enseignant font fi des règles sanitaires, devant le casse-tête du nouveau protocole sanitaire en place à l'école.

Mentir sur l'attestation de test pour l'école, c'était la seule façon de s'en sortir pour Carla. Cette mère célibataire ne se voyait pas quitter le travail en pleine journée pour aller faire un autotest à sa fille de 4 ans: "La maîtresse était au courant de ça. Elle savait que ce n'était pas vrai, elle se doute bien que la plupart des attestations ne sont pas 'très vraies'", confesse-t-elle au micro de RMC.

Autotests, cas contact, attestations des parents: depuis la rentrée, les personnels enseignants mais aussi les parents sont débordés par le protocole sanitaire, qui oblige à tester un enfant cas-contact le jour même, le surlendemain et le 4e jour. Ensuite, son retour à l'école est conditionné à une attestation sur l’honneur de réalisation de ces autotests.

>> A LIRE AUSSI - "Rien n'a avancé": à l'école, on attend toujours les promesses du gouvernement

"On est à bout"

Un casse-tête qui pousse certains à faire des entorses au protocole, aussi bien du côté des parents que des chefs d'établissement: "Si on en arrive là, c'est parce qu'on est à bout" regrette Isabelle, infirmière en lycée depuis plus de 20 ans. Elle aussi s'est vu faire quelques entorses au protocole:

"Parfois je leur dis: 'Vous êtes cas-contact, vous n'avez pas de symptômes, respectez les gestes barrières et on en reste là'. Certains reviennent d'un isolement et ils sont à nouveau cas-contact. Ce n'est plus tenable pour personne. Cela va être très compliqué de maintenir le protocole 15 jours de plus", assure-t-elle.

Un comportement qui n'étonne pas Michel, chef d'établissement syndiqué. Lui aussi connaît des collègues qui ne respectent plus le protocole à la lettre: "Certains sont complètement débordés par la situation. Il faut être pas ou peu au contact de la vraie vie scolaire pour penser qu'on peut être capable de suivre des protocoles qui nécessitent autant d'interventions".

Dans les écoles, les collèges et les lycées, tous sont unanimes : ce protocole Covid-19, qui a connu deux ajustements en moins d'une semaine, les empêche d'assurer l'intégralité de leurs missions éducatives.

>> A LIRE AUSSI - Vacances à Ibiza lors de l'annonce du protocole sanitaire: Jean-Michel Blanquer dans la tourmente

Anne-Lyvia Tollinchi (avec Guillaume Dussourt)