RMC

Covid, grippe, bronchiolite: les recommandations sanitaires du Covars pour les fêtes

(illustration)

(illustration) - Tolga Akmen © 2019 AFP

Le Covars (ex-Conseil scientifique) a livré ce lundi ses recommandaitions avant le grand brassage de populations des fêtes de fin d'année en période d'épidémie.

La triple épidémie hivernale (bronchiolite, grippe et Covid) peut-elle gâcher Noël? Le Covars (Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaire, qui a succédé au Conseil scientifique) a livré ce lundi ses recommandations pour les fêtes de fin d'année.

Le comité suggère notamment un retour au port du masque, sans recommander son obligation, dans les lieux bondés comme les transports en commun (métro, bus...) par exemple. Le masque permet toujours de réduire les risques de contracter puis de transmettre les infections.

Le Covars a donc préféré ne pas trancher sur la question de l'obligation, listant des arguments en faveur d'une mesure obligatoire ("faible efficacité des messages de recommandation maintenus"...) et en défaveur ("perception de la limitation des libertés individuelles"...).

102 morts du Covid chaque jour en moyenne la semaine dernière

Les trois virus viennent en effet peser sur les services hospitaliers: en une semaine, les admissions aux urgences ont bondi de 93%. S'il y a un léger ralentissement dans la progression du Covid-19, il reste en moyenne 102 décès hospitaliers pour Covid-19 chaque jour, en hausse (+20 %) par rapport à la semaine dernière.

Le comité observe le "très faible niveau du port du masque dans les transports en commun et autres lieux clos". Il recommande de "rechercher l’adhésion des populations" sur le suivi des gestes barrières.

Rendre le masque gratuit?

Une adhésion qui pourrait se matérialiser par le fait d'étendre la gratuité du masque, le rendre plus accessible dans les lieux où il serait nécessaire comme les transports, ou encore pendant les fêtes dans les centres commerciaux très fréquentés. Selon la présidente du Covars Brigitte Autran, le ministère de la Santé serait "intéressé" et "étudie" la proposition. Le masque est déjà accessible gratuitement pour les plus fragiles.

Il est également recommandé aux plus fragiles, d'ici le passage du père Noël, de se tourner vers son médecin, un infirmier ou un pharmacien pour se faire vacciner. Il n'est jamais trop tard, la protection ne sera pas optimale pour le réveillon, mais les anticorps seront toujours plus nombreux indiquent les spécialistes. et ce sera toujours utile en prévision du Jour de l'an.

Autotest deux jours avant les réunions de famille

Concernant le dépistage, le Covars se positionne sur l'usage des autotests. "Afin de protéger les plus fragiles durant la période de fêtes", le Covars suggère aussi "une communication renforcée" sur les autotests.

Si vous souhaitez réaliser un autotest, faites-le plutôt deux jours avant votre réunion de famille, même sans symptômes. Si le test est positif, prévenez tous les invités et l'isolement prévaut. Si le test est négatif, les gestes barrières restent chaudement recommandés, surtout la table de fêtes se trouvent dans une pièce mal ventilée.

Ces autotests "marchent aussi bien" face au nouveau membre dominant de la "famille" Omicron, BQ1.1, a assuré Bruno Lina, conseillant d'y recourir "au plus près de l'événement familial".

J.A. et la rédaction