RMC

Espagne: à son tour, le pays instaure des contrôles pour les voyageurs venant de Chine

Un test négatif au Covid ou un schéma vaccinal complet sera demandé à l'arrivée en Espagne, pour les voyageurs venant de Chine, a annoncé le gouvernement ce vendredi. De tous les pays membres de l'UE, l'Espagne est, après l'Italie, celui qui avait été le plus durement frappé en mars 2020 par la pandémie de Covid-19.

Après les États-Unis, le Japon ou encore l'Italie, c'est au tour de l'Espagne d'imposer des contrôles pour les voyageurs qui arrivent de Chine, afin de prouver qu'ils ne sont pas porteurs du virus du Covid.

Dans une brève conférence de presse à Madrid, ce vendredi, la ministre de la Santé, Carolina Darias, a indiqué qu'il serait demandé à ces voyageurs "une preuve qu'ils sont négatifs (...) ou un schéma complet de vaccination", sans préciser de date d'entrée en vigueur.

"Le principal motif de préoccupation est (...) la possibilité que de nouveaux variants non-contrôlés puissent apparaître en Chine", a affirmé Mme Darias.

L'Espagne durement touché en 2020

De tous les pays membres de l'Union européenne, l'Espagne est, après l'Italie, celui qui avait été le plus durement frappé en mars 2020 par la pandémie de Covid-19. Le gouvernement espagnol avait mis en place un confinement très strict qui avait profondément marqué la population.

Cette décision du gouvernement de Pedro Sánchez fait suite à la levée des restrictions sanitaires par les autorités chinoises, qui s'est traduit par une explosion spectaculaire des cas de Covid en Chine.

Elle se produit également au lendemain d'une réunion informelle à Bruxelles convoquée par la Commission européenne afin de trouver "une approche coordonnée" des Etats membres, mais qui n'a abouti à aucune décision dans un sens ou un autre.

Le pays veut une réponse européenne

Elle a également affirmé que l'Espagne "(travaillait) pour la convocation d'une réunion de haut-niveau de l'Union européenne" afin de mettre au point "une réponse politique intégrée à la crise", confirmant ainsi que Madrid attendait plus de la réunion de la veille à Bruxelles.

"Nous savons l'importance d'agir de manière coordonnée, mais aussi l'importance d'agir avec célérité", a poursuivi la ministre, en se référant à "la situation sanitaire de ce pays".

Des mesures "injustifiées" ?

Dans un communiqué publié ce jeudi, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) avait affirmé que l'introduction d'un dépistage obligatoire du Covid-19 au sein de l'Union européenne pour les voyageurs arrivant de Chine serait "injustifiée".

Les pays de l'UE "ont des niveaux d'immunisation et de vaccination relativement élevés" et "les variants circulant en Chine circulent déjà dans l'UE", avait expliqué le Centre, estimant qu'une telle mesure n'était pas nécessaire au niveau de l'UE dans son ensemble.

En dépit de l'explosion du nombre de cas, les autorités chinoises ont annoncé qu'elles cesseraient le 8 janvier les quarantaines obligatoires à l'arrivée en Chine et autoriseraient de nouveau les Chinois à voyager à l'étranger, après trois ans d'isolement.

AB avec AFP