RMC

Faut-il craindre une radicalisation des anti-vaccins?

-

- - -

Les manifestations de samedi dernier et les actes contre des centres de vaccination font craindre une radicalisation des mouvements anti-vaccin, alertent les services de renseignement.

Les services de renseignement alertent sur un risque de radicalisation des manifestants contre les mesures sanitaires. C'est ce qu'indique une note des renseignements territoriaux datée du 19 juillet que RMC a pu consulter. Alors que plus de 110.000 personnes à travers toute la France ont défilé dans les rues samedi dernier pour dénoncer l'extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour les soignants, de nouvelles manifestations sont prévues le week-end prochain.

Les policiers commencent par un constat : les manifestations de samedi dernier sont un succès. Mobiliser tant de personnes, dans un mouvement spontané, qui plus en été, une saison peu propice à la mobilisation. La cause rassemble et dans le calme pour l’instant.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi sept syndicats de pompiers s'opposent à la vaccination obligatoire

"Plus le conflit durera, plus le risque est grand que les radicaux en prennent le contrôle"

Car c'est bien ce point qui concentre l’attention des policiers du renseignement. Le risque de radicalisation du mouvement. Pour l’instant le gros de la mobilisation est constitué de simples citoyens qui viennent en famille.

Mais en toile de fond il y a l'ultra droite, les gilets jaunes, un peu d’ultra gauche. Des groupes plus habitués à créer des incidents: "Plus le conflit durera, plus le risque est grand que les déterminés puis les radicaux en prennent le contrôle", explique la note qui s'inquiète déjà des attaques et dégradations contre les agences régionales de santé, des centres de vaccinations et des pharmacies.

>> A LIRE AUSSI - Nombre de cas, hospitalisations... ces chiffres en hausse qui annoncent une 4e vague

Maxime Brandstaetter (avec Guillaume Dussourt)