RMC

Fermer les écoles en avançant les vacances: vers un nouveau "tour de vis" à "double détente" annoncé par Emmanuel Macron?

Une nouvelle fois, les Français sont suspendus aux arbitrages que le chef de l'Etat rendra avec les ministres les plus concernés lors du Conseil de défense qui débute à 9h à l'Elysée.

Face à la 3e vague qui monte, Macron va trancher. Une fois encore. Mais alors que faire cette fois: fermer les écoles en avançant les vacances? Etendre les mesures de freinage à d'autres départements? Ou bien "pousser les murs" des hôpitaux en attendant l'impact des vaccinations? Face aux critiques sur sa stratégie anti-Covid avec plus de 5.000 patients "en soins critiques", Emmanuel Macron doit faire mercredi des choix difficiles.

Une nouvelle fois, les Français sont suspendus aux arbitrages que le chef de l'Etat rendra avec les ministres les plus concernés lors du Conseil de défense qui débute à 9h à l'Elysée. Pour l'heure, la présidence n'a pas annoncé pour mercredi d'allocution présidentielle, devenue synonyme de décisions de grande ampleur depuis le début de la crise il y a un an. Pour se décider, Emmanuel Macron tiendra compte des dernières données épidémiques, qu'il a examinées mardi soir, notamment avec le Premier ministre Jean Castex. 

>> A LIRE AUSSI - "Il faut apprendre à fermer sa bouche": le président de la Fédération hospitalière d'Ile-de-France s'en prend aux médecins "alarmistes"

Et la tendance reste inquiétante avec une hausse des chiffres mettant l'hôpital sous une très forte tension. Le nombre de malades en réanimation a grimpé, à 5.072, au-delà des capacités hospitalières normales et du pic de la deuxième vague de novembre. Le taux d'incidence a également augmenté.

Fermeture de toutes les écoles dès vendredi et pour une durée encore inconnue

Selon nos informations RMC, ce n'est donc plus un tabou: la fermeture des écoles sera bien ce matin au centre des discussions à l'Elysée. Plusieurs scénarios sont actuellement étudiés nous indiquaient mardi soir les équipes de Jean-Michel Blanquer mais la piste privilégiée reste néanmoins celle de la fermeture de toutes les écoles du pays à compter de vendredi et pour une durée encore inconnue.

Un dispositif jugé plus simple à mettre en place et plus égalitaire que des mesures limitées aux régions où le virus circule plus activement.

Depuis lundi, un seul cas de Covid justifie la fermeture d'une classe dans les régions les plus touchées par l'épidémie. Résultat: Les fermetures ont quasiment doublé à Paris en une journée, passant de 246 à 473 selon la mairie.

>> A LIRE AUSSI - Vers un confinement dur?: "Puisqu'on est au Moyen-âge sur le plan sanitaire, on va devoir se reconfiner comme des idiots"

"Pas une solution magique"

Attention, préviennent néanmoins certains proches du Premier ministre: la fermeture des établissements scolaires n'est pas une "solution magique" et elle n'empêchera pas toutes les contaminations. 

La mesure pourrait donc être appuyée par une limitation des autorisations de sortie en journée et de circulation entre régions généralisées à toutes la France - et plus uniquement aux 19 départements déjà reconfinés - pour éviter notamment d'aller contaminer les grands-parents. 

Parmi les paramètres de l'équation, l'acceptabilité de nouvelles restrictions compte beaucoup pour l'exécutif, face à une population de plus rétive aux restrictions de circulation. Pourraient être concernés la quinzaine de départements placés sous vigilance renforcée, dont l'Orne, le Vaucluse, l'Isère ou le Jura, où le taux d'incidence dépasse parfois les 250 pour 100.000. En Outre-Mer, les restrictions se durcissent en Martinique avec la fermeture des restaurants, cinémas et salles de spectacles à partir de jeudi. 

Jérémy Trottin avec Xavier Allain