RMC

Vers un confinement dur?: "Puisqu'on est au Moyen-âge sur le plan sanitaire, on va devoir se reconfiner comme des idiots"

Emmanuel Macron pourrait une nouvelle fois devoir être amené à trancher cette semaine en prononçant un confinement dur. De quoi désespérer Charles Consigny qui déplore que rien n'a été fait en un an.

Confinera ? Confinera pas ? Comme de nombreuses autres avant, la semaine à venir s'annonce décisive dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Et comme à son habitude, le gouvernement a déjà commencé à entretenir le suspens, alors que le nombre de contaminations flambe et que la situation en réanimation se tend un peu plus chaque jour. Ainsi Emmanuel Macron attendrait encore 48 heures avant de prendre une décision. "Rien n'est décidé" assure le chef de l'Etat qui temporise, dans l'attente des premiers effets des mesures sanitaires renforcées, décrétées dans 16 départements dont ceux de l'Île-de-France, il y a 10 jours.

Un nouveau conseil de défense sanitaire doit se tenir mercredi pour décider d'un éventuel durcissement des mesures. Et la fermeture des écoles, longtemps écartée par l'exécutif qui se targue de faire figure de bon élève à l'échelle mondiale en terme d'ouverture des établissements scolaires, ne serait plus un sujet tabou.

De quoi donner le sentiment d'un éternel recommencement avec des décisions prises au pied du gouffre malgré les alertes de nombreux médecins et épidémiologistes qui préconisaient un confinement dur dès le début du mois de février: "J'ai l'impression qu'on est dans une forme d'effondrement de notre pays", a déploré ce lundi sur le plateau des "Grandes Gueules", l'avocat Charles Consigny.

>> A LIRE AUSSI - "Les doses qu'on achète aujourd’hui, on les aura début 2022": sur RMC, Agnès Pannier-Runacher fait le point sur la vaccination en France

"On assiste au déclin de l'Europe et de la France, on a des dirigeants à la traîne"

"Je suis un peu désespéré de voir qu'un an après, finalement on a rien fait de particulier. On s'est contenté d'une gestion à la semaine, on a fait de la communication et on a développé énormément de concepts comme la résilience mais on ne voit à l'horizon aucune amélioration des capacités hospitalières, on nous avait promis 12.000 lits qui ne sont pas là un an plus tard. On assiste au déclin de l'Europe et de la France, on a des dirigeants à la traîne". 
"Puisqu'on est au Moyen-âge sur le plan sanitaire, on est au Moyen-âge sur le plan des mesures et o va devoir se reconfiner comme des idiots alors que d'autres pays repartent!", a-t-il ajouté. 

De quoi ne pas s'étonner du ras-le-bol des Français. Ce qu'on a fait c'est juste fermer les magasins de vêtements. Et on ne doit pas sortir de sa région et tout le monde le fait quand même puisque tout le monde a un rdv Doctolib à l'autre bout de la France et une grand-mère mourante dans une autre région. Mais je comprends les gens", conclu-t-il.

>> A LIRE AUSSI - "Je n'ai aucun mea culpa à faire": Emmanuel Macron n'a aucun regret de ne pas avoir reconfiné la France

Guillaume Dussourt