RMC

Fillette épileptique exclue de la crèche: "C'est de la discrimination pure!", s'indigne sa maman

-

- - -

Émilie Augustin, la maman de Rose, exclue de sa crèche après une crise d'épilepsie, était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi. Elle a assuré qu'elle irait jusqu'au bout pour faire condamner la direction de cette crèche de Meyrannes, dans le Gard, dont le procès s'ouvre cet après-midi devant le tribunal correctionnel d’Alès.

Une petite fille épileptique exclue de la crèche à cause de sa maladie. Après cette exclusion de leur fille Rose, même pas âgée de 2 ans l'année dernière au moment des faits, les parents ont décidé de porter plainte. Le procès opposant les parents de Rose et les responsables de la micro-crèche "Les drollets" de Meyrannes, dans le Gard, s'ouvre ce vendredi à 14h devant le tribunal correctionnel d’Alès. Les parents attaquent l'association et la communauté de communes Cèze Cévennes qui gèrent la crèche. Ils les accusent de "discrimination commise par une personne avec mission de service public", un délit puni de trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

En 11 mois de présence, la fillette n'a fait qu'une seule crise, bien prise en charge par le personnel et l'ancienne direction. C'est la nouvelle direction qui a décidé d'exclure Rose en février dernier, la jugeant "dangereuse pour les autres enfants". Émilie Augustin, la maman de Rose, invitée ce vendredi de Bourdin Direct, n'a toujours pas digéré. "On a reçu un mail nous disant que notre fille n'avait plus sa place en crèche, et mon mari est allé chercher ses affaires le lendemain. Évidemment, les crèches alentour n'avaient plus de place pour Rose. Elle n'avait pas deux ans quand elle a été exclue: on parle de l'exclusion d'un bébé!".

"On va aller jusqu'au bout"

"Nous attaquons pour demander la réparation du préjudice, mais aussi pour reconnaître la discrimination dont elle a été victime, car Rose a été exclue parce qu'elle est épileptique, c'est de la discrimination pure", dénonce Émilie Augustin. "On attend beaucoup de ce procès. Nous avons eu la chance d'avoir été énormément soutenus par des centaines d'inconnus via notre page Facebook. On les remercie pour leurs mots et leurs soutiens. On va aller jusqu'au bout, notamment pour ces parents qui nous ont dit qu'on avait le courage d'aller jusqu'au bout là où eux ne l'avait pas eu. On se bat. On aimerait aussi que (la prise en charge de l'épilepsie) soit un débat avant la présidentielle".

Depuis que ses parents ont posté sur Facebook une vidéo de Rose pour dénoncer son exclusion, "elle est devenue l'image de l'épilepsie et on en est très heureux", raconte sa maman. "L'épilepsie est une maladie qui est très peu connue, qui fait encore peur et qui est considérée par certains comme une maladie surnaturelle alors que c'est une maladie neurologique". 

P. Gril avec JJ. Bourdin