RMC

Granules des pelouses synthétiques: risque faible pour la santé mais menace pour l'environnement

Les gazons synthétiques sont-ils dangereux pour la santé? Le gouvernement avait demandé un rapport en février dernier à l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation. Et ce rapport est publié ce mardi matin.

On en avait beaucoup parlé il y a quelques mois. Ces pelouses artificielles que tous les joueurs de foot amateurs ou professionnels ont foulé un jour mais aussi des aires de jeux pour enfants qui sont fabriquées à partir de granulats de pneus. Sont-elles dangereuses ?

Des petites billes noires qui contiennent de nombreux produits toxiques notamment des métaux lourds et des hydrocarbures classés cancérogènes avérés par le Centre international de recherche contre le cancer. La question était de savoir s'il existait ou non des risques avérés pour la santé humaine et pour l'environnement. Et pour le savoir, l'Anses n'a pas mené ses propres études mais a compilé les données scientifiques existantes.

Le rapport se veut rassurant

En ce qui concerne les risques pour la santé, le rapport se veut rassurant. Il conclut à un risque cancérogène faible. Notamment parce que les concentration en hydrocarbures sont inférieures aux limites fixées par les réglementations européennes.

Sauf que ces limites sont justement considérées comme pas assez protectrices. Par ailleurs les études épidémiologiques menées ne montrent pas d'augmentation du risque de cancer...Mais l'anses estime aussi qu'il n'y a pas suffisamment de données scientifiques surtout pour les aires de jeux pour enfants.

Le rapport pointe aussi les risques pour l'environnement

Alors que les industriels affirment qu'il n'y a aucun problème pour l'environnement l'anses pointe du doigt les risques potentiels liés au transfert de substances chimiques (HAP) les phtalates, des métaux comme le zinc, tout ça se retrouve dans l'eau via les sols et les systèmes de drainage.

L'Anses redoute je cite des "effets néfastes pour les organismes" aquatiques et terrestre. Surtout que "certaines substances chimiques font partie des substances très préoccupantes (perturbateurs endocriniens), qui peuvent avoir "des effets néfastes même après une exposition à de faibles concentrations".

Ces études sont à poursuivre

L'Anses recommande d'abord au gouvernement de faire en sorte qu'il y ait davantage d'études scientifiques pour connaitre les risques réels. Elle demande aussi à la France de soutenir la proposition examinée en ce moment à Bruxelles pour réduire la teneur en produits toxiques dans les granulats de pneus.

Et de mener une évaluation des risques environnementaux au niveau local avant toute mise en place de ce type de revêtement. Quant à l'association Robins des bois qui avait alerté les autorités.

Marie Dupin (avec J.A.)