RMC

"J'ai la haine contre la direction", le fils d'une résidente morte à l'Ehpad de Lherm va porter plainte

Cinq personnes âgées sont décédées, victimes d'une probable intoxication alimentaire dimanche soir dans un Ehpad du sud de Toulouse. Un drame qui suscitait lundi la colère et les interrogations des familles.

Pierre cherche ses mots, peine à retenir ses larmes, Alain lui veut parler, dénoncer: "C'est dur, c'est inadmissible".

Deux frères endeuillés, mais surtout en colère après la mort de leur mère Antoinette, 93 ans, qui résidait dans cet Ehpad de Lherm, au sud de Toulouse, depuis 15 ans:

"La maison de retraite ne nous a toujours pas appelé. C'est la gendarmerie qui m'a prévenu de son décès. J'ai la haine contre la direction. Pas contre le personnel parce qu'ils font ce qu'ils peuvent jusqu'au jour où…"

Depuis plusieurs années déjà, Alain et Pierre ont vu les conditions de vie dans cet Ephad se dégrader: "Il y avait de moins en moins de personnel. Ces derniers temps, quand j'y allais, il n'y avait personne. Cette maison de retraite, ça devenait une catastrophe". Des conditions qui se dégradent malgré un coût de 2.800 euros par mois pour Antoinette, comme il le confie face à Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Ils n’ont pas encore pu voir leur mère, son corps doit être soumis à une autopsie comme ceux des 4 autres victimes: "Ça fait mal au ventre de voir que notre mère n'est plus là et qu'on ne peut même pas aller la voir".

"Pour moi, elle a été empoisonnée"

Pour lui dire au revoir, les deux frères doivent connaître la vérité:

"J'ai besoin de savoir qui sont les fautifs. Pour moi, elle a été empoisonnée, c'est une bataille qui commence, pas pour notre mère qui n'est plus là, mais pour les personnes qui sont dans cet Ehpad pour que ça ne se reproduise pas une deuxième fois".

Sur RMC, Marie, fille d'un autre résident de l'Ehpad près de Toulouse, a, elle confié être "remontée contre ce gros système":

"On prend les familles pour des imbéciles et les personnes âgées pour des comptes en banques. Ca m'agace prodigieusement: pour 3000 euros par mois, j'estime que l'on pourrait avoir d'autres services, d'autres attentions. Ce sont les grands groupes qui m'agacent, pas les directeurs d'Ehpad, eux, ils font ce qu'ils peuvent".

Alain Lapeyre, sur RMC, a indiqué vouloir déposer plainte à la gendarmerie de Lherm dans la matinée. Les familles des victimes vont, elles, se réunir ce mardi après-midi et envisagent de déposer une plainte collective.

Agnès Buzyn est attendue en début d'après-midi dans l'Ehpad. La ministre des Solidarité et de la Santé veut "comprendre les circonstances" du drame qui a coûté la vie à 5 résidents dans la nuit de dimanche à lundi, à cause d'une probable intoxication alimentaire.

Marie Monier avec Paulina Benavente