RMC

"J'ai perdu ma mère du coronavirus, mais je n'en ai aucun souvenir": guéri après 15 jours en réanimation, Patrick raconte son combat

Ce patient de 49 ans a passé deux semaines dans un service de réanimation dans un hôpital de Nancy. Il est maintenant dans un centre de rééducation, transformé.

Plus de 15 000 personnes guéries du Covid-19 sur le territoire. Mais pour les patients, c’est un nouveau combat qui commence: celui du retour à une vie normale, le début d’un nouveau combat. Quelques pas hésitants, les premiers en-dehors d’une chambre d’hôpital pour Patrick Bradenberger. “Ca fait du bien, c’est bête à dire parce que ça ne fait qu’une petite sortie de chambre, mais j’ai l’impression de retrouver l’espace”, confie-t-il. 

Transporté en urgence à l’hôpital par le SAMU il y a 15 jours. On lui annonce immédiatement qu’il va être placé en coma artificiel puis intubé. 

“C’est une panique totale parce que moi, j’arrive juste pour une grippe et je me dis qu’on va me donner un traitement habituel et que je vais rentrer chez moi, être en arrêt pendant quinze jours et on en parle plus quoi. Vraiment, on ne réalise pas”, explique Patrick.

Et puis plus rien, c’est le trou de noir. De son passage en coma artificiel, l’homme de 49 ans ne se souvient de rien. “J’ai perdu ma maman trois jours après mon hospitalisation. Elle est décédée du coronavirus. Alors on en a parlé brièvement apparemment, mais je n’ai plus aucun souvenir”, indique-t-il. 

Plusieurs semaines de rééducation

Aujourd’hui, Patrick garde des séquelles. Une voix transformée par le tube du respirateur, près de 15 kilos perdus et une fatigue extrême. Des cas qui vont se multiplier dans les prochaines semaines et qui vont nécessiter plus de soignants, explique le professeur Jean Paysant, directeur du centre. 

“Aujourd’hui, nous n’avons pas les moyens humains. Il va falloir les développer, les re-développer et volumétriquement, on n'est pas dimensionné aujourd’hui. Il va falloir le dimensionner au niveau national”, appuie le médecin.

Les patients les plus touchés par le coronavirus passeront plusieurs semaines, voire plusieurs mois en rééducation.

Florian Chevallay avec Guillaume Descours