RMC

L’Euro de Foot rattrapé par la multiplication des cas de Covid

EVENEMENT RMC - France-Allemagne en direct: RMC bouscule ses programmes pour l'Euro

EVENEMENT RMC - France-Allemagne en direct: RMC bouscule ses programmes pour l'Euro - RMC

Les cas de Covid-19 se multiplient en Europe pendant l'Euro, alors que l'OMS alerte sur une nouvelle hausse des contamination sur le vieux continent après dix semaines consécutives de recul.

Des milliers de supporters qui voyagent à travers onze pays sur une courte période et qui oublient parfois dans l'euphorie les gestes barrières, cela ne pouvait que finir ainsi. L’Euro de Foot est rattrapé par la multiplication des cas de Covid-19. Des centaines de cas sont apparus ces derniers jours dans plusieurs pays après des matches dans les stades ou après des événements liés à la compétition, et jeudi, l'OMS a alerté face à une hausse des cas en Europe après 10 semaines de baisse consécutives.

En Ecosse près de 2.000 personnes ont été testées positives au Covid-19. Leur point commun : avoir participé à au moins un rassemblement en lien avec l’Euro. Quasiment deux tiers d’entre eux se trouvaient à Londres le 18 juin, date du choc contre l’Angleterre en phase de groupes. Certains ont assisté au match dans les tribunes de Wembley, d’autres se sont retrouvés dans des fans zones, dans un pub ou dans une soirée pour suivre la rencontre.

En Finlande aussi on s’inquiète, alors que près de 300 personnes qui avaient assisté à la rencontre face à la Belgique lundi dernier à Saint-Petersbourg en Russie sont rentrés chez eux avec le virus. Le maire d’Helsinki a d’ailleurs décidé de suspendre des levées de restrictions en partie en raison du pic d’infections lié à l’Euro.

L’UEFA trop laxiste ? 

Alors forcément la question se pose: l’UEFA a-t-elle été trop laxiste dans l’organisation et les jauges dans les stades? L'instance avait pourtant travaillé de très près avec les autorités sanitaires de tous les pays concernés par la compétition ainsi qu'avec l’OMS. L'UEFA s’était engagé à garantir que les matchs se déroulent dans un cadre sûr, avec des créneaux d’entrées spécifiques pour chaque spectateur dans les stades, des marquages au sol, des paiements sans espèces, mais il y a des trous dans la raquette… Car les supporters, ne se regroupent pas qu'au stade. Les lieux de contamination sont légions entre les trajets en bus ou en avion et les regroupements dans les bars.

D’autant plus maintenant avec la progression rapide du variant Delta, très actif au Royaume-Uni notamment. C’est pourtant là-bas au stade Wembley de Londres que doivent se jouer les demi-finales et la finale de l’Euro en présence de 60.000 spectateurs.

Un choix remis en cause par plusieurs dirigeants européens

Le choix de Londres pour accueillir les trois derniers matchs a été vertement critiqué. A commencer par le chef du gouvernement italien… Mario Draghi qui s’oppose à cette décision. Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont eux appelé à la vigilance dans l’organisation des matchs vendredi dernier.

Le premier concerné, lui, le premier ministre britannique Boris Johnson assure que sa priorité est la santé publique… Des sources ont confirmé à l’AFP que l’UEFA envisageait de déplacer ces matches à Budapest, seule capitale à n’avoir imposé aucune jauge dans son stade pour cet Euro.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: les cas ont recommencé à augmenter en Europe après dix semaines de recul

Anne-Sophie Balbir (avec G.D.)