RMC

Le gouvernement débloque 70 millions d'euros pour les urgences: "Encore beaucoup d'incertitudes"

Après trois mois de grève dans les services d'urgence, Agnès Buzyn a tenté vendredi d'apaiser la colère en promettant 70 millions d'euros de mesures immédiates, notamment pour financer des primes, sans toutefois convaincre les professionnels réunis au ministère de la Santé.

Les services d'urgence vont-ils décolérer après les annonces d'Agnès Buzyn vendredi? La ministre de la Santé a annoncé 70 millions d'euros de mesures immédiates. Une large part de ce montant (55 millions) sera consacrée à la généralisation et la revalorisation d'une prime de risque de "100 euros net mensuels", versée dès juillet "à tous les professionnels des services d'urgence (hors médecins)", a précisé le ministère. Une prime de coopération de 100 euros brut mensuels sera en outre mise en place pour les soignants à qui seront déléguées des tâches médicales.

Le collectif InterUrgences sceptique

100 euros de plus, ça n'est pas suffisant, et il reste de grosses incertitudes, explique le collectif InterUrgences, qui mène le combat depuis 3 mois.

"C'est à décortiquer, il y beaucoup d'incertitudes. Sur la prime de risque, la ministre ne sait pas encore si ce sera sur tous les services d'urgence ou juste les services d'urgences pour adultes. Est-ce qu'on inclut la pédiatrie dedans, la maternité? Il y a beaucoup de services d'urgence spécialisés et on ne sait pas encore s'ils seront inclus dedans. Sur les protocoles de coopération, il y a de grosses incertitudes. Il n'est pas fait mention de l'aide-soignant qui sera donc a priori mis de côté, alors que la pénibilité du travail est pour tous", s'interroge Hugo Huon, infirmier aux urgences de Lariboisière depuis 5 ans, membre du collectif.

Le Collectif se réunira lundi soir en assemblée générale, pour décider de la suite du mouvement. Un mouvement qui pourrait prendre de nouvelles formes: comptabiliser quotidiennement les patients hospitalisés sur des brancards et les décès qui pourraient en découler, organiser des débats citoyens.

Objectif de ces soignants: une prise de conscience de la population, montrer que c'est la santé de tous les Français qui est en jeu.

Rémi Ink avec Paulina Benavente