RMC

La régionalisation toujours la bonne stratégie? "C'est ridicule", selon cette épidémiologiste

Catherine Hill, épidémiologiste, n'est pas convaincue par la stratégie du gouvernement.

"Mieux vaut tard que jamais, mais..." L'épidémiologiste Catherine était l'invitée de RMC ce vendredi matin après les annonces du gouvernement de la veille. Des mesures supplémentaires ont été prises pour contrer le virus avec 16 départements confinés. Mais est-ce que ce sera suffisant ?

"Mieux vaut tard que jamais. Mais c’est quand même une demi-mesure même un quart de mesure. Le hôpitaux qui craquent déjà vont craquer encore plus dans les prochains jours, donc de toutes façons il était indispensable de faire quelque chose.
On a perdu du temps. Il y a eu 30.000 morts depuis le 1er janvier. Depuis le 1e décembre, on est resté à un niveau très haut de risque et de nombre de morts par jour. La situation est très mauvaise et gagner du temps, c’est laisser mourir des gens."

"On avait 200 morts par jour dans les Ehpad et nous sommes à moins de 20 morts aujourd’hui. La vaccination marche"

Catherine Hill se montre pessimiste pour la suite

"Il fallait changer de stratégie mais on court derrière le virus qui va beaucoup plus vite que nous. Il faut trouver les gens contagieux qui n’ont pas de symptômes et pour ça il faut tester tout le monde et les isoler. L'autre moyen c'est laisser les gens mourir et attendre qu'on ait vacciné tout le monde."

La seule lueur d'espoir serait la vaccination, qui semble fonctionner dans les Ehpad.

"C'est une bonne nouvelle. On avait 200 morts par jour dans les Ehpad et nous sommes à moins de 20 morts aujourd’hui. La vaccination marche. Le miracle est qu’on a plusieurs vaccins très efficaces mais ils arrivent lentement."

"Le confinement est une mesure palliative, elle calme le jeu temporairement"

Les virus ne s'arrêtent pas aux frontières, et Catherine Hill estime qu'il faut confiner tout le pays pour que la mesure soit efficace.

"Le confinement est une mesure palliative, elle calme le jeu temporairement, en réduisant le nombre de contacts des gens. Qu'est-ce que c'est que cette gestion qui prend le problème à la fin avec les arrivées en réa, au lieu de le prendre par le début en détectant les gens contagieux sans symptômes. Ces histoires de régionalisations n’ont pas de sens (…) c’est complètement ridicule. Le virus est partout."

Est-ce que ça ira mieux mi-avril? L'épidémiologiste est toujours pessimiste: "Ca n’ira pas mieux qu’aujourd’hui, ça ira moins mal que dans 8 jours".

J.A.