RMC

Les enfants issus d'un don de sperme ou d'ovocyte auront-ils accès à leurs origines?

La ministre assure que l'anonymat "au moment du don sera préservé", mais que l'enfant pourra "avoir accès à son histoire et à l'identité de son donneur quand il aura atteint ses 18 ans."

Dans le cadre de l'ouverture à la PMA à toutes les femmes, la ministre de la Santé Agnès Buzyn souhaite "lever le voile sur la filiation" pour les enfants nés grâce à un donneur, afin qu'ils accédent à des informations sur celui-ci à leur majorité.

"Il faut établir une filiation qui a la même portée et les mêmes effets que la filiation biologique ou adoptive sans bouleverser le droit de la filiation actuel. Elle reposerait sur une reconnaissance de filiation avant la naissance du bébé", explique la ministre dans un entretien au JDD publié dimanche.

Le gouvernement veut ainsi offrir la possibilité aux enfants nés d'une PMA d'avoir accès à leurs origines, à leur histoire, à 18 ans; avec des informations non-identifiantes sur le donneur ou même leur permettre d'avoir accès à l'identité du donneur, mais uniquement avec l'accord de ce dernier. 

"Ca va dans le sens de l'Histoire" affirme un député LREM qui souhaite la fin d'un "secret souvent bien gardé".

Plusieurs questions restent quand même en suspens: quelles informations seront dévoilées sur le donneur? Quand celui-ci doit-il donner son accord: au moment du don ou lorsque l'enfant en fait la demande?

Bref, jusqu'où le gouvernement va aller dans la levée de l'anonymat des dons? Avec une priorité: ne surtout pas décourager les donneurs. Ils sont très peu nombreux, en France aujourd'hui. 

Paul Barcelonne avec Xavier Allain