RMC

"Les punaises de lit doivent être reconnues comme un problème de santé publique": l'appel à l'aide de Marseillais sur RMC

Les punaises de lit est un véritable fléau qui touche plusieurs villes de France. Marseille est la deuxième région la plus touchée avec 145 consultations pour 100.000 habitants. L'intercollectif contre les punaises de lit pensent que l'Etat doit s'en mêler et être reconnus comme un problème de santé publique.

C’est un fléau qui touche de nombreux Français aujourd’hui encore: les punaises de lit. Ces insectes, qui s’installent dans nos appartements et qui prolifèrent sont un véritable problème. D’abord, car ce sont des nuisibles dont il est très difficile de se débarrasser, ensuite parce que leur piqûre chez certains peuvent provoquer d’importantes réactions.

>> A LIRE AUSSI - Comment se débarrasser des punaises de lit?

Marseille est une des villes les plus touchées par les punaises de lit. La ville est située dans la deuxième région la plus touchée avec 145 consultations pour 100.000 habitants. Alors certains estiment que face à ce phénomène, l’Etat doit prendre le relais des particuliers et des collectivités. C’est notamment le cas de Katia Yakoubi, porte-parole de l'intercollectif contre les punaises de lit à Marseille.

“Les punaises de lit doivent être reconnues comme un problème de santé publique et l'Etat doit s’en mêler parce que nous avons un pied au niveau local, mais aussi un pied au niveau national. Nous devons débloquer un fond national et l’Etat doit aider les collectivités à cela parce que c’est un problème collectif et non individuel”, explique-t-elle.

S'en débarrasser, une opération qui coûte chère

Surtout que pour se débarrasser des punaises de lits, ça coûte un peu d’argent. En effet, selon Katia Yakoubi, il faut compter entre 400 et 1000 euros.

“En sachant qu'une première séance de désinsectisation ne vous débarrasse pas des punaises de lit. Il faut compter en moyenne trois passages. Donc faites le calcul, pour les personnes bénéficiaires du RSA ça va être très compliqué de se la payer”, explique-t-elle. 
Guillaume Descours