RMC

Les soignants non-vaccinés au 15 septembre ne seront plus payés: comment s'effectueront les contrôles?

Emmanuel Macron a annoncé ce lundi soir que la vaccination devenait obligatoire contre le Covid-19 pour certaines professions sous peine de sanctions.

Cette fois, c'est fait. Après plusieurs semaines, Emmanuel Macron a tranché: la vaccination contre le Covid-19 sera obligatoire pour certaines professions, dont les personnels soignants des hôpitaux et des cliniques ou encore les Ehpad et les aides-soignants.

>> A LIRE AUSSI - Vaccination obligatoire contre le Covid-19: quelles sont les professions concernées?

Une mesure qui sera par ailleurs musclée par des "contrôles" dès le 15 septembre, a précisé le chef de l'Etat. Avant qu'Olivier Véran muscle le jeu un peu plus: les personnels soignants qui ne seront pas vaccinés au 15 septembre ne pourront plus travailler et ne seront plus payés, a annoncé lundi le ministre de la Santé.

"A partir du 15 septembre, si vous êtes soignant et que vous n'êtes pas vacciné, vous ne pourrez plus travailler et vous ne serez plus payé", a déclaré M. Véran sur LCI, après l'annonce par le président Emmanuel Macron d'une obligation de vaccination pour cette catégorie de population, avec sanctions à la clé.

Ce mardi, Elisabeth Borne, ministre du Travail, a précisé le processus envisagé pour les réfractaires à la vaccination: les soignants qui ne seraient pas vaccinés au 15 septembre risquent de voir leur contrat de travail suspendu pour quelques semaines, le temps de se mettre en conformité, une "première étape" avant "une mise à pied", voire "un licenciement" s'ils refusent la vaccination. "On va prévoir dans la loi une disposition particulière pour permettre une suspension du contrat de travail, parce que la personne n'est plus en situation d'exercer son métier si elle n'a pas été vaccinée", a expliqué la ministre du Travail interrogée sur LCI. 

Les employeurs - agences régionales de santé, directions d'établissement, assurance maladie - "seront habilités à effectuer des contrôles comme ça existe déjà dans le droit commun pour d'autres maladies, notamment l'hépatite B", a détaillé le ministre. il a appelé les soignants à se faire vacciner "dès ce soir, dès demain", même s'ils disposent encore d'un mois.

"On parle d'un public d'environ 1,5 million de personnes, de professionnels de santé, du soin, dans les hôpitaux, les Ehpad, au domicile, des pompiers...". 

Résultat immédiat: quelques minutes après la fin de l'allocution, le site Doctolib a tweeté que "20.000 rendez-vous" de vaccination étaient pris "toutes les minutes". Plus tôt dans la journée, Doctolib avait annoncé que 212.000 personnes avaient pris rendez-vous pour une première injection ce week-end, déjà "un record" depuis un mois et "jusqu'à 40% de plus que les weekends précédents".

>> A LIRE AUSSI - Rendre la vaccination obligatoire contre le Covid-19 en France, est-ce légal?

Loin des polémiques, la vaccination est obligatoire en France pour certaines maladies. Souvent effectuées enfant, mais aussi demandées dans le cadre de certains métiers, ces injections concernent des maux particuliers et ont permis l'éradication de ceux-ci. 

Retour en infographie sur ces vaccins obligatoires: 

La rédaction de RMC avec AFP