RMC

Levothyrox: "Certains de mes clients disent qu'ils ont été des cobayes" selon Me Bertella-Geffroy

Marie-Odile Bertella-Geffroy est l'avocate de plus de 1.100 personnes qui se disent victimes de la nouvelle formule de ce médicament. Grâce à l'ouverture d' une information judiciaire, elles vont désormais demander à se constituer parties civiles.

Une nouvelle étape dans le volet pénal du dossier Levothyrox. Un juge d'instruction a été désigné à Marseille pour enquêter sur les plaintes de ces milliers de malades de la thyroïde victimes d'effets secondaires de la nouvelle formule du médicament. 

Une information judiciaire contre X a été ouverte le 2 mars pour tromperie aggravée, blessure involontaire et mise en danger d'autrui. Le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, affirme que 7.000 plaintes ont été enregistrées. 

Trois millions de patients prennent du Levothyrox en France, pour soigner l'hypothyroïdie ou après une opération de cancer de la thyroïde. En 2012, une nouvelle formule du médicament avait été réclamée par l'Agence du médicament (ANSM) au laboratoire Merck, afin de rendre le produit plus stable dans le temps. Arrivée sur le marché fin mars 2017, celle-ci ne portait pas sur le principe actif du médicament, mais seulement sur les excipients. Au 30 novembre, 17.000 patients, soit 0,75% des patients concernés, avaient signalé des effets indésirables de la nouvelle formule, selon un rapport de pharmacovigilance remis à l'ANSM le 30 janvier.

Pour Marie-Odile Bertella-Geffroy, avocate de plus de 1.100 personnes qui se disent victimes de la nouvelle formule de ce médicament, l'ouverture d'une information judiciaire est un soulagement:

"C'est un pas de géant. C'est très bien de pouvoir savoir au moins ce qui a été fait et on aura toutes possibilités de faire des demandes d'actes et de faire avancer ce dossier. Chacun doit avoir une expertise médicale. Certains de mes clients disent qu'ils ont été des cobayes. Comment a-t-on pu faire ça? Le but du pénal, c'est justement de découvrir la vérité pour que, s'il y a eu des disfonctionnements, et je pense qu'il y en a eu, que ça ne se reproduise pas".
Claire Andrieux & X.A