RMC

Michelin lance un masque réutilisable à l'infini: comment ça marche?

Le groupe Michelin, des chercheurs du CEA et des PME de la région Auvergne-Rhône-Alpes se sont associés pour concevoir un masque réutilisable, avec un système de filtres interchangeables. Avec plus de 500.000 précommandes, la production vient de démarrer.

Du pneu... au masque. Michelin se lance dans la lutte contre le coronavirus. Le groupe automobile a créé un masque réutilisable pour se protéger contre le virus. Sa particularité, il est réutilisable. Et quasiment à l'infini. Vendu 28 euros, pour le moment uniquement aux professionnels, il fonctionne en effet avec des filtres utilisables 100 fois! 

Mis au point par un collectif grenoblois de chercheurs et d'industriels, ce masque a déjà plus de 500.000 précommandes. Si la production vient de démarrer, l'ambition d'en fabriquer 5 millions par semaine d'ici fin juin.

“Nous voulions mobiliser nos experts depuis le début de la crise pour développer des innovations partout où ça pouvait être utile et notamment au sujet des masques. Il y a donc cette innovation 'Ocov' qui est un masque qui a été développé en coopération avec le CEA et une entreprise qui s’occupe maintenant de la production”, explique Eric Vinesse, directeur recherche et développement de Michelin, sur RMC.

Des filtres réutilisables et lavables

Ce masque comprend une partie faciale qui recouvre nez, bouche et menton, ainsi qu’un filtre remplaçable. Côté design, comme la vidéo ci-dessus vous le montre, il se rapproche plus d'un masque à gaz que d'un masque chirurgical. Chaque masque est vendu avec cinq filtres lavables et réutilisables une vingtaine de fois chacun. 

“Aujourd’hui nous commençons la production avec comme cible d’abord les hôpitaux, toutes les entités médicales qui ont besoin de masques. Et puis pour le deuxième semestre, nous pensons qu’il est possible de le mettre en vente pour le public de façon plus large”, détaille-t-il. 

Les développeurs, Michelin mais aussi un collectif grenoblois de chercheurs et d'industriels, sont d'ores et déjà à la recherche de partenaires dans la distribution. Ils envisagent une mise en vente au grand public dès la fin du mois de juin: le prix sera toujours le même, 28 euros.

La rédaction de RMC