RMC

Natalité, mortalité… L’impact du Covid sur la démographie française en 2021

Dans "Apolline Matin" ce mercredi sur RMC, Nicolas Poincaré a détaillé le rapport de l’Insee sur la démographie française en 2021. Avec un effet notable du Covid, même si la population a augmenté de 0,3%.

L'Insee a dévoilé ce mardi sa photographie de la population française. Des chiffres très attendus parce qu'ils révèlent l'impact du Covid sur notre démographie. Et c’est une surprise, on apprend que, malgré le Covid, les naissances sont reparties à la hausse en 2021. En légère hausse, mais cela met un terme à six années consécutives de recul.

Le premier confinement, au printemps 2020, avait entraîné une forte baisse des naissances neuf mois plus tard, on avait même parlé d’un baby krach. Mais le deuxième confinement, en novembre 2020, a eu l’effet inverse. Avec pour conséquence, un pic des naissances en août dernier.

La première vague du Covid a donc créé un effet de sidération et une angoisse qui a pesé sur la natalité, mais pendant deux mois seulement. Dès le mois de mars, on a constaté une inversion de la tendance et un retour du désir d’enfant.

Si bien que le taux de natalité remonte légèrement à 1,83 enfant par femme, bien en-dessous des deux enfants par femme des années 2010, mais bien au-dessus de la moyenne européenne.

Et que nous dit l’Insee sur le nombre des décès ? Qu’ils sont en légère baisse par rapport à 2020, mais en hausse par rapport à 2019, la dernière année avant la pandémie. On a connu 657.000 morts l’an dernier, c’est 44.000 de plus de plus qu’en 2019. Cela correspond à 120 morts de plus chaque jour.

D'après les démographes de l’Insee, le Covid est responsable de la moitié de cette surmortalité. Et en particulier, la troisième vague que la France a subie au début de l'année, entre janvier et mai 2021. La quatrième vague, à l’été dernier, a été beaucoup moins meurtrière. Grâce au vaccin, affirme le rapport.

La moitié de l’augmentation des décès est donc due au Covid, l’autre moitié au vieillissement de la population. Les baby-boomers, nés à partir de 1945, arrivent maintenant à 75 ans…

>> Tous les podcasts de Nicolas Poincaré sur RMC

L’espérance de vie pas encore au niveau d’avant-Covid

Et qu’en est-il de l'espérance de vie ? Elle rebondit un tout petit peu par rapport à 2020, mais sans atteindre le niveau de 2019. La pandémie sur deux ans est donc bien responsable d’un recul.

L'espérance de vie à la naissance s'établit aujourd’hui à 85,4 ans pour les femmes et 79,4 ans pour les hommes. Pour les hommes, c’est tout de même un recul de 5 mois, après des années de hausse constante. Il y a bien un effet Covid qui pèse sur la longévité des Français…

Au bout du compte, la population française augmente. Et c'est une constante. La population n’a jamais baissé, excepté pendant les deux guerres mondiales. Au premier janvier 2022, nous sommes 67,8 millions. Une augmentation de 221.000 personnes sur un an.

En détail, un tiers de cette augmentation est dû à ce qu’on appelle le solde naturel. C'est-à dire la différence entre les naissances et les décès.

Les deux autres tiers, c’est le solde migratoire. La différence entre les arrivés et les départs de migrants légaux. Et en 2021, ce solde s'élève à 140.000. En baisse par rapport à 2018, lorsque le solde migratoire était de près de 200.000.

Et c’est surtout un chiffre, 140.000 étrangers de plus en un an, qui est loin de ceux d’Eric Zemmour qui estime à 400.000 le nombre d'étrangers qui arrivent tous les ans en France… L’Insee lui apporte un démenti précis et chiffré.

Nicolas Poincaré