RMC

Pass sanitaire: "C'est détestable de faire un tri entre Français, ça me rappelle les heures sombres", assure Gilbert Collard

Sur RMC, l'eurodéputé du Rassemblement national a dénoncé le pass sanitaire et estimé qu'on faisait le tri entre "bons et mauvais Français", évoquant "la liberté de chacun" dans le choix ou non du vaccin.

Etoile jaune, "apartheid", "dictature", les parallèles douteux ont fleuri chez quelques opposants à la vaccination après les annonces d'Emmanuel Macron. Et ils ne sont visiblement pas réservés à une poignée d'anonymes. Le député européen du Rassemblement national Gilbert Collard, qui avait déjà évoqué une "dictature" sanitaire", a estimé ce jeudi sur RMC qu'un tri entre Français était opéré, lui rappelant "les heures sombres".

"Je reconnais le droit à ceux qui veulent se faire vacciner de le faire et à ceux qui ne veulent pas de refuser. Je trouve détestable de voir un tri entre bons et mauvais Français. Cela rappelle des heures sombres. Les bons Français sont ceux qui sont vaccinés et les mauvais Français ceux qui ne sont pas vaccinés", a assuré l'avocat de profession.

>> A LIRE AUSSI - Comment l'obtenir, que faire si on a eu le Covid, où est-il nécessaire et quels risques? Tout ce qu'il faut savoir sur le "pass sanitaire"

Vacciné par "devoir politique"

La ruée vers les rendez-vous pendant même l'allocution d'Emmanuel Macron est bien selon lui une "pression": "Si l'on écoute monsieur Castaner, on a fait pression. C’est lui-même qui l’a dit. Comme si un peuple libre avait besoin d’un coup de pression", a défendu Gilbert Collard alors que l’ancien ministre de l’Intérieur assurait mercredi que les Français "attendaient peut-être ce coup de pression".

Des propos qui ont visiblement très énervé Gilbert Collard : "Moi je n’attends pas de coups de pied au cul. Je ne suis pas un anti-vaccin, je suis vacciné contre le Covid-19 parce que je suis député européen et je ne peux pas remplir ma mission démocratique si je ne remplis pas cette obligation détestable. Je l’ai fait par devoir politique".

"Vous êtes des moutons"

Visiblement très agacé par l'échange avec Apolline de Malherbe, Gilbert Collard a assuré qu'il était "vacciné contre la rage", se demandant si c'était aussi son cas, s'interrogeant encore sur l'utilité du vaccin contre le Covid-19, s'étonnant qu'on puisse toujours être contaminé après deux doses. 

"Ne pas se vacciner c'est la liberté de chacun. Vous êtes des moutons, vive Panurge, il faut tout accepter, s'incliner, alors que le ministre de la Justice nous dit que les détenus ne sont pas des cobayes, vous acceptez que toute une population devienne des cobayes alors qu'on n'a aucun recul?", a-t-il lancé très énervé.

En attendant au 14 juillet en France, on recensait 36.417.786 personnes ayant reçu une 1ère injection de vaccin et 28.668.269 personnes ayant un schéma vaccinal complet. Dans le même temps, on observe une hausse des nouveaux cas quotidiens.

>> A LIRE AUSSI - "Ce sont de vraies balles que vous allez prendre, vous ne nous injecterez jamais le vaccin": une députée de la majorité menacée de mort

G.D.