RMC

Pétition de médecins pour défendre la Sécu: "Fillon ferait mieux de dire qu'il s'est trompé"

De nombreux médecins ont signé une pétition appelant les candidats à la présidentielle, et notamment François Fillon, à préserver la Sécurité sociale. Le professeur André Grimaldi, à l'initiative de la pétition, a redit ce mardi matin son inquiétude malgré la réponse de François Fillon, dans une tribune lundi soir.

François Fillon, candidat de la droite pour 2017, a de nouveau répondu lundi aux vives critiques dont il est l'objet sur son programme en affirmant ne pas vouloir "privatiser l'assurance maladie", qui "continuera à couvrir les soins comme aujourd'hui". Le projet de François Fillon prévoit à la base de limiter les remboursements aux seules infections graves et longues maladies.

Mais ces précisions ne rassurent pas forcément. Et André Grimaldi estiment qu'elles ne sont pas très précises: "François Fillon veut rassurer tout en disant 'je reste ferme'. Ce n'est pas très clair, il ferait mieux de dire qu'il s'est trompé".

Près de 900 médecins ont signé une pétition lancée par André Grimaldi appelant les candidats à la présidentielle à préserver le "niveau actuel de remboursement des soins".

Pour une redéfinition de la solidarité

Car le projet de François Fillon est une aberration pour André Grimaldi, invité ce mardi dans Bourdin Direct: "Dans les maladies chroniques, il est bien démontré que la gratuité des soins coûte moins cher".

Il appelle plutôt à une redéfinition des remboursements: "On pourrait redéfinir ce qui relève de la solidarité et ce qui ne l'est pas. Par exemple, si vous ne voulez pas de médicaments génériques, c'est votre droit mais peut-être que le coût supplémentaire revient à votre assurance privée. Vous voulez une cure thermale, je n'ai rien contre, mais est-ce que ça relève de la solidarité? Les génériques, c'est 1 milliard d'euros, les cures thermales ça coute 380 millions à la sécurité sociale".

P.B.