RMC

Plus de 4 millions de Français doivent perdre leur pass vaccinal ce mardi

-

- - -

Le pass vaccinal de plus de 4 millions de personnes doit être invalidé ce mardi, faute de dose de rappel, quatre mois maximum après la fin du schéma vaccinal initial.

Ben doit perdre son pass vaccinal ce mardi. Ce Lyonnais de 29 ans a déjà reçu une dose et a eu le Covid-19, mais hors de question pour lui de faire sa dose de rappel: "Je ne me considère pas à risque. J'ai eu le Covid-19, je ne suis pas allé à l'hôpital, je m'en suis remis. J'ai aussi vécu avec des personnes positives, je n'ai pas eu le Covid-19, c'est pour cette raison que je ne me considère pas à risque et que je pense ne pas avoir besoin de dose de rappel".

Seulement, à partir de ce mardi, terminé les restaurants, les salles de sport... Ben aurait préféré tout simplement attraper à nouveau le Covid-19 pour conserver sa "liberté". "On en est à un point où on se dit: 'mince, il faudrait que je l'attrape pour avoir mon pass'", assure-t-il, alors que les personnes ayant attrapé le Covid alors qu'elles avaient déjà eu deux injections ou une injection et une infection, sont dispensées de la dose de rappel, en vertu du principe "une infection = une injection".

>> Tous les podcasts de RMC

"Je n'ai pas du tout envie de le faire, mais je suis obligée"

Mais environ 4,5 millions de personnes sont susceptibles de perdre leur pass vaccinal ce mercredi, faute de rappel ou d'infection. Corinne a décroché un rendez-vous lundi à la dernière minute, juste avant la fin de validité de son pass.

"J'attends jusqu'au dernier moment, je n'ai pas du tout envie de le faire, j'y vais vraiment à contrecœur en marche arrière. Mais si je ne le fais pas, je perds mon pass et je suis autoentrepreneur dans la restauration, alors je suis obligée de l'avoir".

"On ne sait pas de quoi demain sera fait"

"On a des patients qui nous disent 'j'ai fait deux doses, pourquoi je ferais la troisième alors que la circulation du virus s'effondre'". Pour Jérôme Marty, médecin généraliste en Haute-Garonne et sociétaire des "Grandes Gueules", il faut aller au bout de son parcours vaccinal:

"On ne sait pas de quoi demain sera fait et le vaccin a montré qu'il était efficace contre les formes graves de tous les variants qu'on a connu à présent, il faut se vacciner pour être protégé par rapport à toutes les vagues qui pourraient survenir", assure-t-il.

En une semaine, le nombre de cas positifs détecté en France a presque réduit de moitié. Dans le même temps, on recensait 37.866.824 de personnes ayant reçu une dose de rappel et 54.152.987 au moins une première injection.

>> A LIRE AUSSI - Allègement des restrictions sanitaires: ce qui doit changer ce mercredi

Romain Poisot (avec Guillaume Dussourt)