RMC

"Quand un virus est plus contagieux, il est souvent moins dangereux": le docteur Marty se veut rassurant face au variant Omicron

Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, le nouveau variant Omicron pourrait cependant être moins dangereux, avec des symptômes beaucoup plus légers et donc peut-être une très faible létalité.

La planète tremble face à l’arrivée du nouveau variant du Covid-19. Baptisé Omicron et originaire d’Afrique du Sud, il a déjà poussé l’Union européenne à fermer ses frontières avec plusieurs pays d’Afrique australe. Très contagieux, il a également poussé Israël et l’Australie à verrouiller les accès à leur territoire respectif. En vain, car le variant aurait déjà traversé les frontières. On recensait ce lundi 8 cas suspect potentiellement positifs au variant Omicron sur le territoire français.

Mais dans ce marasme, alors que les nouvelles contaminations au Covid-19 explosent en France et que toute l’Europe est confrontée à une cinquième vague d’ampleur, une lueur d’espoir subsiste. Le variant Omicron, bien plus contagieux que ses prédécesseurs, serait en revanche bien moins virulent.

"Pourquoi paniquer. On a un nouveau variant manifestement beaucoup plus contaminant. En l’état, on ne sait pas s‘il est plus grave en terme de létalité ou moins que les autres", assure ce lundi sur RMC le docteur des "Grandes Gueules" Jérôme Marty.

"Tout porte à croire qu’il serait plutôt moins létal. Quand un virus est beaucoup moins contaminant il est en général moins létal. Le but d’un virus c’est de se déplacer. S’il tue tout de suite, il ne peut pas se déplacer, il n’a donc aucun intérêt à être plus létal. Dans l’évolution naturelle d’un virus, plus on évolue dans une maladie, moins il devient grave", ajoute le praticien.

>> A LIRE AUSSI - Le nouveau variant Omicron se propage: voici les pays où il a déjà été repéré

Symptômes légers

Pour l’instant, qu'on soit vacciné ou pas, les symptômes induits par le variant Omicron seraient légers. Selon la présidente de l'Association médicale sud-africaine, les personnes infectées seraient très fatiguées pendant au moins un ou deux jours avec des courbatures une toux sèche et la gorge qui gratte. Seulement quelques-unes auraient un peu de fièvre et à priori pas de perte de goût ni d'odorat, ce qui n’exclut cependant pas de forme grave avec ce variant.

On peut cependant craindre une accélération de l’épidémie, alors qu’on recensait déjà 31.648 nouveaux cas au 28 novembre en France : "Il ne faut pas paniquer, il faut accepter qu’il y ait des nouvelles contaminations, il faut se vacciner, il faut poursuivre avec la troisième dose", ajoute Jérôme Marty, se félicitant de la réouverture des vaccinodromes.

Mais pour le praticien, l’arrivée de ce nouveau variant rappelle qu’il faut vacciner la terre entière: "Si l’on ne se préoccupe pas des pays émergents et de la terre entière pour la vaccination, on aura comme ça, variant après variant", assure-t-il. En Afrique du Sud, berceau du variant Omicron, seul 28% de la population est vaccinée contre 77% en France et 54% dans le monde.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19 : huit cas "suspects" du variant Omicron détectés en France

Guillaume Dussourt