RMC

L'OMS alerte sur le "risque très élevé" au niveau mondial que représente le variant Omicron

Le nouveau variant a déjà été repéré dans plusieurs pays à travers le monde.

Le nouveau variant Omicron du coronavirus présente "un risque très élevé" au niveau mondial a mis en garde l'OMS lundi, tout en soulignant les nombreuses incertitudes qui entourent encore la dangerosité et la transmissibilité du variant.

"A ce jour, aucun décès associé au variant Omicron n'a été rapporté", souligne l'Organisation dans un document technique publié lundi, qui donne également des conseils aux autorités pour tenter de juguler la diffusion du nouveau variant.

Au-delà de l'Afrique australe, des cas liés à la nouvelle souche ont été détectés à travers les pays du G7, du Canada à l'Italie, en passant par la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Et la détection en France du variant Omicron du virus est "très probablement une question d'heures", a estimé le ministre de la Santé Olivier Véran.

"Etant donné les mutations qui pourraient conférer un potentiel d'échappement à la réponse immunitaire tout comme possiblement donner un avantage en termes de transmissibilité, la probabilité qu'Omicron se répande au niveau mondial est élevée", indique l'OMS alors que la liste du nombre de pays où il est détecté ne cesse de s'allonger, après des premiers cas repérés en Afrique australe en novembre.

"En fonction de ces caractéristiques, il pourrait y avoir de futurs pics de Covid-19, qui pourraient avoir des conséquences sévères en fonction de différents facteurs et en particulier où ces pics se produiraient", a ajouté l'OMS, qui avait dès vendredi classé le variant comme "préoccupant".

L'organisation souligne toutefois que de nombreuses inconnues demeurent sur ce variant: sa contagiosité, savoir si elle est inhérente aux mutations constatées ou si elle relève du fait que ce variant sait mieux échapper à la réponse immunitaire; le niveau de protection conféré par les vaccins anti-Covid existants en termes de contagiosité et sévérité de la maladie; si le variant provoque des symptômes plus graves.

La rédaction de RMC (avec AFP)