RMC

Sida: "On voit trop de jeunes nouvellement contaminés parce qu'ils ne se sentaient pas concernés"

A l'occasion de la 30e journée mondiale de lutte contre le sida, RMC est allée à la rencontre de jeunes, pas toujours très vigilants quant à la transmission potentielle du virus.

Se protéger pour éviter la transmission du VIH, c'est encore loin d'être un réflexe pour ces étudiants de 23 ans: "Si je couche avec juste un mec que je connais à peu près ou un mec en soirée, bon, on va faire confiance la plupart du temps", estime Julie. Même manque de précaution pour Marc: "On se dit que ça n'a pas l'air d'être une toxicomane, ou une personne qui a des relations sexuelles à risque, donc on a tendance à croire que ça passe".

Et pourtant, personne n'est à l'abri, explique Jérôme André, directeur de HF prévention, une association qui fait 10.000 dépistages par an, surtout dans des universités: "Nous, on voit trop des jeunes de moins de 25 ans, séropositifs, nouvellement contaminés, juste parce qu'ils ne se sentent pas concernés".

"Ouvrir les yeux aux gens"

Alors il faut informer, sensibiliser et le plus tôt possible, selon Valérie Pourcher, infectiologue à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière : "Ouvrir les yeux aux gens c'est important, tout le monde doit bénéficier d'un dépistage au moins une fois dans sa vie, voire plus, en fonction des prises de risques".

Chaque année, près de 6.000 personnes découvrent qu'elles sont séropositives.

Alice Froussard (avec P.B.)