RMC

Sidaction: une personne sur cinq porteuse du VIH a des difficultés à se nourrir faute d'argent

Le Sidaction a lieu de vendredi jusqu'à dimanche à minuit, relayé comme chaque année à la radio et la télévision. Les difficultés des personnes porteuses du VIH sont toujours aussi lourdes.

La campagne du Sidaction débute ce vendredi et durera tout le week-end. Les dons récoltés servent à financer la recherche, mais aussi à soutenir les projets d'aide aux malades qui, pour un tiers d'entre eux, vivent dans la précarité.

Selon l'ANRS, une personne sur cinq porteuse du VIH a des difficultés à se nourrir faute d'argent. Nous avons rencontré Jean-Michel, séropositif, qui a vécu dans la rue pendant plus d'un an.

"J'ai mis deux ans à le dire à ma mère"

Il a appris qu'il était séropositif par hasard après une prise de sang à l'hôpital il y a 21 ans. "Sur le coup, on a beau être balèze, ça fout un coup au moral."

Il s'enferme alors dans le secret, c'est l'isolement, puis la dépression. "Je me renfermais sur moi-même j'ai mis deux ans à le dire à ma mère. Ca fait une dizaine d'années que je ne travaille plus, j'ai complètement arrêté parce que j'avais un coup de moins bien moralement."

"On accueille des personnes souvent dans une situation de grande précarité"

A la suite d'une rupture sentimentale il se retrouve SDF pendant plus d'un an. "J'ai connu la rue, je dormais dans le bois de Vincennes ou dans les cages d'escalier".

Grace à l'association Basiliade il vient de trouver un logement, Didier Arthaud en est le président:

"On accueille des personnes souvent dans une situation de grande précarité. On les permet d'accéder aux besoins fondamentaux, se nourrir se loger, se soigner, et pouvoir, à terme, travailler".

Sans l'apport financier de Sidaction l'association devrait fermer sa structure d'accueil.

Cécile Costes