RMC

Télétravail "obligatoire": après de multiples incitations, le gouvernement tente de passer la vitesse supérieure

Les salariés pouvant télétravailler seront obligés de le faire au moins trois jours par semaine, a annoncé Jean Castex. Mais définir la possibilité ou non de télétravailler reste l'apanage des directions des entreprises.

Une nouvelle forte recommandation. Dès la rentrée, le recours au télétravail "sera rendu obligatoire, pour tous les salariés pour lesquels il est possible, trois jours minimum par semaine et quatre jours quand cela est possible", a annoncé lundi Jean Castex alors que la cinquième vague de Covid-19 fait des ravages en France.

"Si c’est comme d’habitude, par le principe des protocoles, et bien le protocole comme on le dit depuis 18 mois, ce n’est pas un principe obligatoire et les entreprises n’y sont pas tenues", déplore au micro de RMC Camille Planchenault, syndicaliste Sud à l'inspection du travail. Il attend de voir les modalités concrètes de cette "obligation" du télétravail.

"Des outils coercitifs pour l’inspection du travail pour éventuellement fermer des services, le temps que les choses soient conformes aux gestes barrières, cela n’a jamais été fait depuis mars 2020. On n’a l’impression que le gouvernement se réveille maintenant. Il est très possible que cela reste uniquement sous forme de protocole et qu’on reste sur quelque chose d’incitatif", déplore-t-il.

>> A LIRE AUSSI - Bars et restaurants: pourquoi la consommation debout va être interdite

"Je ne pense pas que l’on a besoin de contrôle"

Du côté des chefs d’entreprise, on évoque une mesure compliquée à mettre en place. "Beaucoup d’entreprises ont signé des accords. Il va donc falloir les modifier pour passer à trois jours", s’inquiète Thibault Lanxade, DG du groupe Jouve et ex-président du Medef. "La responsabilité du chef d’entreprise est engagée : 45.000 euros d’amende et des peines de prison s’il ne met pas tout en œuvre pour protéger ses salariés", ajoute-t-il.

"Les entreprises vont mettre en place ces dispositifs et le gouvernement lancera des vérifications avec l’inspection du travail mais je ne pense pas que l’on a besoin de contrôle pour tout mettre en œuvre compte tenu des efforts réalisés par le passé", estime Thibault Lanxade.

La ministre du Travail Elisabeth Borne doit entamer ce mardi une concertation avec les partenaires sociaux sur le télétravail. Cette nouvelle mesure devrait prendre effet "pour une durée de trois semaines".

>> A LIRE AUSSI - Retour des jauges dans les grands rassemblements: pourquoi les meetings politiques ne sont pas concernés

La rédaction de RMC