RMC

"Tout ça pour des questions de fric": Jean-Jacques Bourdin s'agace des consignes données pour la reprise de la Ligue 1

Certains clubs, qui souhaitent une reprise des championnats, ont commencé à tester leurs joueurs. A Amiens par exemple, les joueurs ont déjà été testés.

Le plan de sortie du confinement présenté aujourd'hui par le Premier ministre, Edouard Philippe, devrait donner les éléments quant à une éventuelle reprise du football professionnel. À l'arrêt depuis le 13 mars, les clubs espèrent pouvoir reprendre les entraînements le 11 mai et la saison à la mi-juin.

Pour être prêt le plus vite possible, les clubs Ligue 1 et la Ligue 2 élaborent leurs stratégies. Des bilans médicaux et cardiaques, mais aussi des tests pour déceler le Covid-19. Amiens a déjà testé ses joueurs. Pour la suite, le club picard prévoit même que les joueurs viendraient à l’entraînement déjà en tenue et prendraient leurs douches chez eux. Pour respecter les gestes barrières, les effectifs seront divisés en petit groupe et devront observer des distances de plusieurs mètres pendant les efforts.

Une question d'argent ?

Au total, 40.000 tests seraient nécessaires pour permettre d’aller au bout du championnat à raison de deux prélèvements par semaine pour tous les joueurs. 

Pour Jean-Jacques Bourdin, président du club de Nîmes, certaines consignes sont simplement absurdes. 

“A force de vouloir reprendre à tout prix, on donne la consigne à l'entraînement aux joueurs de ne pas s’approcher à moins de quatre mètres les uns des autres. Donc c’est facile d’entraîner une équipe. C’est débile. Tout ça pour des raisons de fric, uniquement”, ironise-t-il.

Les matchs pourraient reprendre seulement à la mi-juin, car avec après plusieurs semaines de confinement, les footballeurs doivent retrouver leur condition physique si le gouvernement donne son accord.

La rédaction de RMC