RMC

Vacances et confinement: ces "petites combines" pour partir malgré les restrictions de déplacements

Confinement oblige, les vacances de Pâques ne pourront se dérouler qu'à 10 kilomètres grand maximum de son domicile. Mais certains comptent quand même enfreindre les règles.

Y a-t-il des failles dans les mesures de restrictions? 

Deux semaines pour changer d'air: les vacances de Pâques débutent ce soir, mais les voyages pour se mettre au vert devront se faire à 10 kilomètres du domicile, restrictions sanitaires oblige. Mais certains vont quand même tenter de partir de chez eux... En jouant avec le système d'attestation, souvent pour profiter de la famille.

C'est le cas de Jérôme et des siens dont les valises ne sont pas encore tout à fait prêtes à la veille des vacances. Mais la stratégie, pour partir en Charente, elle, est bien rôdée: "Le motif c’est la garde d’enfants. Les grands-parents viennent les chercher pour les emmener à la maison familiale et nous on descend pour les rejoindre deux jours après".

La seule chose qui pourrait le faire changer d'avis, c'est la météo... Les restrictions sanitaires, en revanche, "on s’en fout un peu", assume-t-il. "Est-ce que c’est enfreindre la loi peut-être mais ça fait depuis août qu’on est à Paris. C’est bon…"

Départ chez les grands-parents aussi pour Sébastien, sa femme et leurs cinq enfants: "On aurait pu partir le week-end dernier mais là-bas on est pas équipés pour faire de façon convenable l’école à la maison". 

Il attendait donc les vacances pour partir aussi discrètement que possible: "On ne va pas prendre le coffre de toit, on va faire des petits bagages pour passer un peu incognito".

>> A LIRE AUSSI - CARTE INTERACTIVE - À "vol d'oiseau" ou en suivant les routes, comment calculer le rayon de 10 km autour de chez soi?

Changer d'air, oui, mais pas vraiment pour faire du tourisme.

Les carnets de réservations des hôtels le ressentent, en Bretagne, par exemple: "Les vacances de Pâques, on a fait un trait dessus", déplore Dominique Spenlehauer, le président du syndicat des hôteliers restaurateurs l'Umih, dans les Côtes-d'Armor.

"C’est simple. Le président Macron a parlé et le lendemain et surlendemain, c’était l’ouverture des annulations. Beaucoup de gens ont vu beaucoup de chambres d’annulées dans les hôtels".

Et selon le syndicat, seules 5 à 15% des chambres d'hôtel sont encore réservées en Bretagne pour la 2e quinzaine d'avril...

>> A LIRE AUSSI - Troisième confinement: voici les motifs de déplacements autorisés avec la nouvelle attestation

Qu'est-ce qui est autorisé ou pas?

Le week-end dernier, le gouvernement a dévoilé une nouvelle attestation pour permettre certains déplacements autorisé uniquement. 

Celle-ci doit être présentée pour les déplacements qui ont lieu pendant le couvre-feu (de 19h00 jusqu'à 06h00), et pour ceux qui dépassent - même en journée - les 10 km. Les déplacements interrégionaux sont "interdits, sauf motifs impérieux ou professionnels".

A noter qu'elle n'est pas obligatoire pour les déplacements autour de chez soi dans la limite des 10km... sauf si on ne peut pas présenter une carte d'identité ou un justificatif de domicile. Le couvre-feu à 19 heures est maintenu.

>> A LIRE AUSSI - Les sportifs amateurs pourront déroger à la règle des 10 km: ce qu'il faut savoir des nouvelles règles

A noter toutefois qu'il pourra être dérogé à la règle des 10 kilomètres pour aller rejoindre un équipement sportif et s'entraîner dans un stade situé dans son département ou dans un département frontalier, à 30 km maximum, a-t-on appris vendredi auprès du ministère des Sports. Le sport amateur peut actuellement se poursuivre à l'extérieur, s'il est sans contact: les entraînements de foot par exemple, à la fois pour les adultes et les mineurs, continuent. Il faut néanmoins respecter le couvre-feu à 19h actuellement en vigueur dans toute la France. 

Seuls les sportifs professionnels, les sportifs de haut niveau, les publics en formation professionnelle ainsi que l'encadrement nécessaire à leur pratique, peuvent pratiquer sans restrictions et sont autorisés à déroger au couvre-feu.

Martin Bourdin (avec G.D.)