RMC

Vers un déremboursement des traitements contre l'arthrose: "C'est ridicule"

Mauvaise nouvelles pour ceux qui souffrent d'arthrose : la sécurité sociale veut dérembourser un médicament qui traite la douleur causée par cette maladie (illustration)

Mauvaise nouvelles pour ceux qui souffrent d'arthrose : la sécurité sociale veut dérembourser un médicament qui traite la douleur causée par cette maladie (illustration) - Getty-AFP

REACTIONS - L'association de lutte anti-rhumatismale (Aflar) a protesté lundi contre l'intention annoncée par le gouvernement de dérembourser des injections de "visco-supplémentation", un traitement prescrit pour améliorer la mobilité et la douleur des patients atteints d'arthrose.

Mauvaise nouvelles pour ceux qui souffrent d'arthrose : la sécurité sociale veut dérembourser un médicament qui traite la douleur causée par cette maladie. L'association Aflar, (association de lutte anti-rhumatismale) a donc tiré ce lundi la sonnette d'alarme car, selon elle, les patients risquent donc de se reporter "vers des médicaments plus coûteux et ayant des effets secondaires, ou vers des prothèses beaucoup plus onéreuses". C'est pourquoi, l'association a lancé une pétition pour demander à la ministre de la Santé de reconsidérer ce déremboursement.

"Les patients qui n'auront plus les moyens de faire ce traitement iront directement à la prothèse, estime sur RMC Laurent Grange, rhumatologue et président de l'Aflar. Prothèse qui est remboursée par la sécurité sociale. Or, on sait qu'une prothèse de genou coûte 12.000 euros à la société. On va donc évoluer vers une explosion des prothèses posées et donc des coûts majeurs à moyen terme pour la sécurité sociale."

"Ça m'a changé la vie"

"C'est pour cela que nous demandons à la ministre de mettre en place une étude médico-économique avant de dérembourser afin de juger l'impact de ce déremboursement sur ces surcoûts", ajoute-t-il. L'arthrose, maladie qui détruit le cartilage, et qui cause des douleurs intenses et des handicaps parfois très invalidants, touche près de 10 millions de personnes en France, soit 17% de la population.

Parmi elles, Anne-Marie, habitante des Hautes-Alpes, pour qui une seule injection d'acide hyaluronique a suffi à améliorer son quotidien. Elle ne comprend donc pas la décision de la sécurité sociale. "C'est ridicule, s'emporte-t-elle. J'habite en montagne, où il y a de nombreux chemins pentus, et je ne pouvais plus ni monter, ni descendre un escalier. Or j'ai fait cette injection il y a deux ans et sincèrement ça m'a changé la vie. Je peux bouger, marcher, monter des escaliers, sans problème. C'est fabuleux ! Et ça a fonctionné aussi pour ma mère de 89 ans qui ne pouvait plus bouger le genou. Son médecin lui a fait une infiltration, elle va désormais très bien".

M.R avec Martin Cadoret