RMC

"Vous avez plus de risque d'être contaminé, merci de ne pas vous garer ici": émotion et colère après la découverte d'un mot sur le pare-brise d'une infirmière

Mercredi matin, Evelyne, auditrice de RMC, a appelé, très émue Jean-Jacques Bourdin. En cause: la découverte d'un mot sur le pare-brise d'une infirmière en plein confinement.

"Voila la bêtise dans toute sa splendeur": il était peu avant 8h sur RMC, quand Evelyne, auditrice de Nîmes, dans le Gard, la voix tremblante et au bord des larmes, a livré son sentiment à Jean-Jacques Bourdin. 

Elle confie avoir reçu plusieurs messages de sa fille, infirmière libérale à Montpellier, présentant avec des inscriptions et des mots désobligeants envers les soignants en plein confinement. Parmi eux, un mot déposé sur le pare-brise d'une soignante en Bretagne:

"Vous êtes infirmière, vous avez plus de risque d'être contaminé par le virus, donc merci de ne pas vous garer proche des autres voitures".

"Considéré comme une pestiférée"

L'infirmière a posté la photo de cette inscription sur son profil Facebook personnel, assorti d'une réponse outrée: 

"L'intelligence même de l'être humain! Cela signifie donc qu'en tant que soignant, il nous faut un garage pour garer notre voiture. J'espère que la personne à l'origine de ce message s'est désinfectée les mains après avoir déposé ce message sur mon pare-brise car étant donné que je suis considéré comme une pestiférée, je viens de changer mes essuies glaces. Quel est la prochaine étape de ces idioties?"
"Vous avez plus de risque d'être contaminé, merci de ne pas vous garer ici": émotion et colère après la découverte d'un mot sur le pare-brise d'une infirmière
"Vous avez plus de risque d'être contaminé, merci de ne pas vous garer ici": émotion et colère après la découverte d'un mot sur le pare-brise d'une infirmière © Facebook

La photo, postée le 22 mars, a été largement partagée sur le réseau social, mais aussi par les biais de groupes WhatsApp, dont fait partie la fille d'Evelyne, notre auditrice. Ce ne serait d'ailleurs pas la première fois que sa fille aurait vu passer ce genre de message. 

Des mots placardés sur la porte du domicile

Contactée par RMC après son intervention en direct, Evelyne, toujours secouée, poursuit et confirme avoir reçu des messages de sa fille ainsi que de son gendre, infirmiers libéraux montrant une certaine défiance vis-à-vis des soignants:

"Il y a eu certains de ces collègues qui ont des mots placardés sur leur porte de domicile leur demandant de faire attention aux parties communes et de 'si possible, aller habiter ailleurs le temps que ça se passe'. Voilà la bêtise dans toute sa splendeur. Ceux qui disent cela, le jour où ils vont avoir besoin des soignants, où ils vont être malades, ils vont râler parce qu'ils auront cinq minutes de retard. C'est inadmissible. Ca leur fait mal. Vous savez, ils ont la peur en ventre en ce moment. Ma fille et mon gendre n'ont même pas le temps d'embrasser leurs enfants avec leurs tournées. C'est dur, c'est très dur pour eux".

En fin de semaine passée, une infirmière tirait le signal d'alarme via les réseaux sociaux, dénonçant des débordements et les "braquages" de véhicules de professionnels: elle avait vu une vitre de sa voiture cassée afin d'obtenir des masques de protection.

Xavier Allain