RMC

Sonia Krimi (LREM): "Bien sûr que je pourrais voter contre un texte du gouvernement"

Deux jours après avoir sèchement interpellé le ministre de l'Intérieur Gérard sur sa réforme du droit d'asile, la députée LREM Sonia Krimi est venu s'expliquer dans Bourdin Direct.

Elle est députée La République en Marche et pourtant, elle a sèchement interpellé mardi à l'Assemblée le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, sur sa politique migratoire et notamment la circulaire polémique permettant de recenser et contrôler les étrangers sans-abri dans les centres d'hébergement d'urgence. Invitée ce jeudi de Bourdin Direct, Sonia Krimi a expliqué qu'elle ne comprenait pas le "tollé médiatique" qu'a provoqué son intervention. "Je suis dans mon rôle", a-t-elle déclaré.

"Ce n'est pas parce qu'on est à LREM qu'on est obligé d'être d'accord tout le temps" avec le gouvernement. "Je pourrais voter contre un texte du gouvernement, bien sûr", a-t-elle insisté. "On a le droit d'amender, de dire ce que l'on pense", a-t-elle poursuivi, rappelant toutefois: "Avec le gouvernement, on joue dans la même équipe".

"Le mot 'recensement" pose problème"

Mais alors pourquoi cette intervention contre le ministre de l'Intérieur? "On a des remontées des associations, il y a des inquiétudes à droite et à gauche. Ma prise de parole visait à formuler ces inquiétudes sur la politique globale" de cette future loi sur le droit d'asile. "On est libéral mais aussi social, on est progressiste mais aussi humaniste".

"La circulaire sur le fond est bonne: on souhaite raccourcir les délais, on essaie de connaître réellement pour mieux accompagner… Mais il faut peut-être éclaircir le mot 'recensement'. Ça pose problème. Le mot recensement a une image dans l'histoire de la France qu'on n'a pas réussi à dépasser". Sonia Krimi a bien insisté: "On ne réécrit pas (le texte), on éclaircit".

P. G. avec J-J. Bourdin