RMC

Aéroport de Nantes : Hollande pousse Ayrault au dialogue

Début mai, près de 200 tracteurs se dirigent vers la tente des grévistes de la faim qui protestent contre les expropriations des terres pour le projet de futur aéroport au nord de Nantes à Notre-Dame-des-Landes.

Début mai, près de 200 tracteurs se dirigent vers la tente des grévistes de la faim qui protestent contre les expropriations des terres pour le projet de futur aéroport au nord de Nantes à Notre-Dame-des-Landes. - -

François Hollande prépare-t-il le terrain à une nomination de Jean-Marc Ayrault au poste de Premier ministre ? Le président élu a poussé le maire de Nantes à régler le problème des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en grève de la faim depuis près d’un mois. Un paysan gréviste témoigne.

François Hollande vient de déminer un dossier épineux pour Jean-Marc Ayrault, son possible futur Premier ministre. Le président élu annonce un moratoire sur la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes en Loire Atlantique. Ce projet d'un grand aéroport nantais rencontre la vigoureuse opposition des écologistes et des exploitants agricoles de la région.
Les opposants au projet ont arrêté mardi leur grève de la faim qui durait depuis près d'un mois. Les travaux sont suspendus, les expulsions de paysans aussi. Un accord a été trouvé entre les paysans et une délégation PS de Loire-Atlantique.
Poussé par François Hollande, Jean-Marc Ayrault a fini par accepter le dialogue avec des paysans en grève de la faim, menacés d’expulsion par le projet d’aéroport qu’il défend : « Jusqu’à la fin des recours, il n'y aura pas d’expulsion et ceux qui sont actuellement dans leurs fermes pourront continuer à les exploiter ».

« On n’est pas dupes, le combat continue ! »

Michel, paysan, a jeûné pendant près d’un mois : « Je reste assez amer. Ils n’ont jamais voulu ouvrir le dialogue avant, ils ont attendu 28 jours pour venir nous rencontrer pour la première fois et on a bien compris que c’était sous pression de François Hollande ».
Cette épine momentanément enlevée du pied du Premier ministrable Ayrault, quid du futur aéroport ? Michel a une idée : « On n’est pas dupes de ça, le combat continue. C’est pas parce que Jean-Marc Ayrault sera Premier ministre qu’il aura toutes les décisions en main ».

« La gauche est très divisée sur ce projet »

Dorian Piette, porte-parole d’EELV à Nantes, soutien des grévistes de la faim, explique pourquoi l’entourage de François Hollande a décidé de se pencher sur ce dossier : « Il s’est rendu compte que tous les recours n’étaient pas jugés, qu’il y avait un gros problème à Notre-Dame-des-Landes et que Jean-Marc Ayrault était dans une situation assez inconfortable. Ce dernier a porté personnellement ce projet depuis quelques années. Si le poste de Premier ministre s’offre à lui, c’est un handicap certain d’avoir ce dossier, cette épine dans le pied, que François Hollande lui a retirée – celui-ci est d’ailleurs le premier à avoir tendu la main aux grévistes de la faim. Il y a aussi un souci de rassemblement, parce que la gauche est très divisée sur ce projet. On ne peut donc pas reprocher à François Hollande d’avoir voulu dialoguer avec nous et tenter d’aplanir les choses ».

La Rédaction, avec Julien Albin