RMC

Anne Hidalgo veut instaurer "un code de la rue" pour sécuriser la circulation à Paris

La maire de Paris Anne Hidalgo veut imposer les bonnes manières aux usagers de la route. Pour améliorer les relations et la circulation entre trottinettes, vélos, scooters et voiture, elle souhaite mettre en place un "code de la rue", alors que la ville fait face à de gros problèmes de circulation.

Face aux comportements dangereux et devant la multiplication des modes de transports dans la ville, la maire de Paris Anne Hidalgo veut mettre en place un "code de la rue". Rien à voir avec le "code de la rue" qu'évoquait le rappeur Kennedy en 2008, il s'agit cette fois de résorber "la difficile cohabitation entre les piétons, les cyclistes, les trottinettes, les taxis, les véhicules de livraison et les bus", a indiqué la maire lors de ses vœux aux élus et personnels de la ville mardi.

Selon une consultation citoyenne entamée à l'automne, cette cohabitation est la principale préoccupation des Parisiens, assure Anne Hidalgo. Pour dessiner le contour du futur "code de la rue", Anne Hidalgo compte à nouveau sur une consultation citoyenne qui doit démarrer en février et aboutir en juin prochain, alors qu'une assemblée citoyenne composée d'une centaine de Parisiens élabore déjà une ébauche à ce sujet. En parallèle, la maire de Paris a annoncé la création de 45 kilomètres de pistes cyclables permanentes.

"Paris est devenu une ville sale"

"Avant de faire un plan de la route elle devrait faire un plan pour arrêter l’endettement hors de tout entendement humain", juge ce mercredi sur le plateau des "Grandes Gueules" Mehdi Ghezzar, en référence aux 7,75 milliards d'euros de dette de la ville, soit 3800 euros par habitant.

"Anne Hidalgo a détruit Paris et l’économie parisienne, elle a détruit tout ce qui faisait la plus belle ville du monde. C’est devenu une ville lambda et sale. Elle n’améliorera rien", ajoute-t-il très remonté sur RMC et RMC Story.

"Elle devrait faire respecter le code de la route déjà"

Même son de cloche pour l'ancien ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari: "On n’est jamais déçu avec Anne Hidalgo, c’est un feuilleton qui dure. Elle devrait faire respecter le code de la route déjà. Neuf cyclistes sur dix grillent les feux, j’ai peur pour mes enfants quand je me promène dans Paris", assure le nouveau dirigeant d'Hopium, un constructeur de voitures de luxe.

Seule Barbara Lefebvre semble se satisfaire de ce futur "code de la rue", avec une nuance cependant. "Je suis favorable à ce qu’on appelle les mobilités douces mais je ne suis pas favorable à la laideur", tacle-t-elle. "Or à Paris, c'est laid, notamment avec les coronapistes (des pistes cyclables ouvertes au plus fort de l'épidémie de Covid-19) pleines de laideur avec ces poteaux jaunes. Ce qui me gêne avec Anne Hidalgo, c'est la laideur de Paris", conclut-elle.

Depuis la pandémie de Covid-19, la mairie de Paris a accéléré son plan vélo en construisant de nouvelles pistes cyclables. La pratique a explosé, avec près de 18.000 passages par jour boulevard de Sébastopol, en faisant l'une des voies cyclables les plus fréquentées d'Europe.

Mais ce succès s'accompagne de son lot d'incivilités, comme le non-respect des priorités et des feux, augmentant les problèmes de circulation dans une ville déjà embouteillée.

G.D.