RMC

"Beaucoup plus grave que le mouvement des gilets jaunes": les artisans font le bilan après 20 jours de grève

RMC
Déjà impactées par le mouvement des "gilets jaunes" l'hiver dernier, les entreprises de proximité demandent à l'Etat de les exonérer de cotisations sociales.

Après vingt jours de grève, les commerces de proximité, font les comptes. Et le bilan est mitigé alors que la grève des transports a grandement impacté les déplacements de Français en cette période de Noël. À Paris, tous secteurs d'activités confondus, les commerces ont enregistré une baisse de 20% de leur activité: "Dans la capitale, nos collègues de la restauration et de l'hôtellerie sont très impactés tout comme ceux du bâtiment et les artisans, très touchés par les embouteillages", détaille ce mardi sur RMC Alain Griset, président de l'Union des entreprises de proximité (U2P). L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) estime de son côté que le chiffre d''affaires des acteurs du secteur a baissé de 50% par rapport à l’année dernière, période déjà impactée par le mouvement des "gilets jaunes".

"C’est beaucoup plus grave que le mouvement des "gilets jaunes" qui n’avait lieu que le samedi", assure Alain Griset. "Là c’est tous les jours il n’y a pas de possibilité de report dans la semaine", estime-t-il ajoutant que s'il pourrait y avoir un rattrapage sur les périodes à venir, la perte est sèche pour les restaurateurs et les hôteliers notamment. "On est sur des professions durement touchés à une période de l’année qui représente une grande partie de leur chiffre d’affaire", prévient Alain Griset.

L'U2P demande l'annulation des cotisations sociales

"Des hommes et des femmes ont mis leur argent dans leur entreprise et souvent le mois de décembre c’est deux mois, deux mois et demi de chiffre d’affaires. Pour beaucoup d’entre eux ceux qui est en cause c’est leur survie économique. Pour ces gens c’est des cas dramatiques. Il n’y a certes pas de conséquences macro-économique mais humainement c’est un drame", clame le président de l'Union des entreprises de proximité.

Et les commerçants attendent un geste de l'Etat, qui avait déjà accordé un report du paiement des cotisations sociales notamment à Toulouse où ils avaient été très impactés par le mouvement des "gilets jaunes": "Il ne faut pas se limiter à des reports de cotisations sociales. Il faut des annulations!", demande Alain Griset qui regrette que le ministère de l'Économie fasse pour l'instant la sourde oreille. En attendant un geste du gouvernement, c'est au niveau local que les services de l'Etat tentent d'aider les commerçants. À Paris à la demande de l'U2P la municipalité a annoncé l'exonération des droits de terrasses et d'étalage, entraînant 

Guillaume Dussourt