RMC

Grève à la SNCF: "Depuis le début, la CGT est en guerre contre le gouvernement" confie un négociateur

A quelques jours de la grève à la SNCF, contre la réforme de cette institution, les discussions se tendent entre le gouvernement et les syndicats, notamment la CGT. RMC a enquêté dans les coulisses.

Au sein de l'Exécutif, on refuse de parler de tensions avec les syndicats. Et pourtant, il ne faut pas longtemps pour ce proche du Premier ministre pour dire ce qu'il a sur le coeur.

"Depuis le début, nous dit-il, la CGT est en guerre contre nous. Elle cherche à maximiser les nuisances, elle fera grève jusqu'à épuisement des troupes et après, enrage-t-il, la CGT s'offusque de voir que la direction de la SNCF être ferme sur le décompte des jours de grève. Non, mais on rêve!"

Pour appliquer leur calendrier de grève par intermittence, les syndicats ont, en effet, prévu de déposer 18 préavis de grève différents tout au long des trois mois de conflit... Une méthode contestée par la direction de la SNCF, qui estime qu'il s'agit d'un seul et même mouvement social. En conséquence, le mode de calcul des salaires n'est plus le même lors des jours de grève, les cheminots contestataires seront considérés comme grévistes, même s'ils sont en repos, et la journée sera donc déduite de leur paye. Les syndicats dénoncent un coup de bluff, illégal, créé pour tuer dans l'oeuf le mouvement social.

"Il faudra passer en force!"

Les négociations entre le gouvernement et les syndicats vont durer jusqu'au 24 avril. Les dossiers en suspens sont encore très nombreux: il y a évidemment le statut des cheminots, mais aussi l'épineuse question de la polyvalence de ces derniers. 

"Sur le statut, on ne pourra rien négocier, il faudra passer en force!", pronostique un proche du dossier. 

La réforme de la SNCF devrait être examinée à l'Assemblée nationale à compter du 9 mai prochain.

Stéphanie Collié, Victor Joanin avec X.A