RMC

La grève des transports perturbe les courses de Noël des Parisiens

Les commerçants reconnaissent que la fréquentation est plus faible cette année. En cause la grève des transports qui durent depuis le 5 décembre.

Pour la deuxième année consécutive, les gérants de magasins de jouets angoissent pour la fin d'année. Un an après avoir subi de plein fouet le mouvement des "gilets jaunes", ils redoutent les conséquences des grèves de décembre.

Selon la Fédération des commerces spécialistes des jouets et des produits de l'enfant (FCJPE), l'année dernière, les magasins les plus touchés ont connu un recul de leur activité de 20 à 30 %. Alors que la filière sort d'une année 2018 difficile, avec un marché en baisse de 4%.

Et cette année, la grève dans les transports risque de ne rien arranger. Sonia déambule dans les allées presque vides du magasin de jouets. Depuis que la grève a commencé, faire ses courses de Noël est devenu compliqué.

"Pour moi c’est un peu galère de faire les courses de Noël. Avec les transports, c’est très compliqué. Donc c’est catastrophique", indique-t-elle. 

"Plus calme que l'année dernière"

Laurène, elle, commence tout juste l'achat des cadeaux pour ses trois enfants. Et le blocage des transports ne la dérange pas vraiment. "Je ne suis pas ultra fan des magasins où il y a trop de monde. Donc je suis ravi qu’il n’y ait pas trop de monde en fait, c’est plutôt pratique", affirme-t-elle. 

Une baisse de fréquentation que Fabrice Quintin, le directeur du magasin, a du mal à admettre. Mais il reste toutefois optimiste.

"C’est un peu plus calme que l’année dernière. L’inquiétude c’est que les gens s’y prennent au dernier moment, c’est pour ça que je les invite à ne pas tarder, c’est le bon moment", explique-t-il.

Les mois de novembre et de décembre représentent 60% de son chiffre d'affaires annuel. 

Camille Schmitt avec Guillaume Descours